Uber abandonne Slack au profit de son principal concurrent

Les outils de collaboration temps réel ont le vent en poupe. Bien que Slack et HipChat soient au coude-à-coude, Uber semble avoir choisi son camp.

En avril 2016, le New York Times a annoncé qu'Uber abandonnait Slack, l'application de chat professionnelle favorite de la Silicon Valley, car il n'arrivait pas à suivre le rythme avec ses "milliers" d'employés collaborant à l'international.

En remplacement, Uber a choisi d'adopter Atlassian HipChat, le concurrent principal de Slack, pour permettre à tous ses employés de collaborer. C'est ce que nous venons d'apprendre. Ce changement n'est pas bon signe quant à la capacité de Slack à attirer d'importants clients et à justifier sa valorisation de 3,7 milliards de dollars.

Slack : une offre mieux taillée pour les petites équipes

Avec son objectif d'aider les entreprises à moins recourir aux e-mails, Slack a connu un succès phénoménal en un peu plus de deux ans, même Microsoft aurait envisagé de lui faire une offre d'achat. Toutefois, cette start-up a un point faible : son offre est mieux adaptée aux plus petites équipes, et manque de certaines fonctions de sécurité et de contrôle d'identité nécessaires aux entreprises internationales comme Uber.

Une version "Enterprise" de Slack doit sortir en 2016

Dans le fond, l'argument commercial de HipChat, qui a été fondé en 2009, est le même que celui de Slack. Cependant, HipChat est détenu par Atlassian, société de logiciels australienne publique valorisée à 5 milliards de dollars, dont la cible principale est les grandes entreprises. HipChat a donc déjà mis en place ces fonctionnalités dont les entreprises internationales ont absolument besoin, c'est ce qui lui a valu son succès.

Slack a promis qu'une édition "Enterprise" payante de son offre sortira en 2016, dotée d'un ensemble de nouvelles possibilités visant à combler ces lacunes. De plus, beaucoup de personnes sont déjà satisfaites de son application, et Slack a de nombreux clients – dont Business Insider.

Un revirement qui pourrait relancer l'intérêt pour Atlassian

Cela prouve que, malgré le bouche-à-oreille et le buzz dont peut bénéficier un acteur dans la Silicon Valley, il n'est pas facile de supplanter les éditeurs établis du marché. Ce revirement va probablement booster la confiance d'Atlassian, qui a été largement éclipsé par le succès de Slack ces dernières années.

Atlassian doit annoncer ses résultats trimestriels jeudi 5 mai. Wall Street prévoit un bénéfice de 0,06 dollar par action pour un chiffre d'affaires de 114,25 millions de dollars.

Slack et Uber n'ont pas souhaité faire de commentaire au moment de la publication de cet article.

 

Article de Matt Weinberger. Traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l'article original : "Uber ditched Slack for its emploees and went to its rival instead."

Microsoft / Uber