OVH se lance dans le Data center as a Service

Le leader français de l'hébergement équipe son cloud dédié des technos de Software Defined Network et de Software Defined Storage de VMware. De quoi permettre à ses clients de créer des data centers virtuels.

OVH met le cap sur ce qu'il appelle le "Software Defined Datacenter on demand" (SDDC on demand). Le géant français de l'hébergement entend répondre aux besoins des entreprises souhaitant déployer, en mode cloud (c'est-à-dire sur un mode de consommation de ressources IT à la demande), des centres de données virtuels. Des environnements sur lesquels les clients pourront avoir la main de bout en bout : des instances et leur orchestration, au réseau et la sécurité, en passant par le stockage. Le tout par le biais de consoles d'administration graphiques. Bref, une approche "Software Defined" poussée à l'extrême qui rejoint la logique suivie par les poids lourds du cloud comme Amazon ou Microsoft.

Dans cette optique, la société d'Octave Klaba lève le voile sur une première solution de "SDDC on demand". Pour la bâtir, OVH est parti de son offre de cloud dédié (Dedicated Cloud). Un service qui permet de bénéficier d'un IaaS complet sur une infrastructure dédiée. Cet environnement étant basé sur la technologie VMware (vSphere), l'hébergeur a décidé de poursuivre dans cette voie. En vue de tendre vers cette vision du Data center as a Service, il annonce avoir équipé Dedicated Cloud de la brique NSX de "Software Defined Network" de VMware. "Les clients peuvent désormais activer NSX, directement depuis leur espace client, configurer et faire évoluer leur réseau en totale autonomie, en déployant pare-feu, répartiteurs de charge ou réseaux privés", égraine Miroslaw Klaba, vice-président R&D d'OVH.

L'externalisation d'infrastructure en ligne de mire

Ce n'est qu'une première étape. Pour répondre aux besoins de faible latence en lecture/écriture sur de grosses bases données, OVH entend prochainement compléter l'édifice d'Hosts dédiés avec des disques SSD locaux. "En termes de redondance, chaque Host sera doté de disques SSD de cache et de deux autres disques SSD pour le stockage", précise-t-on chez OVH. Là encore, c'est la technologie VMware qui entrera dans la danse, avec à la clé le système de "Software Defined Storage" vSAN All Flash qui permettra de contrôler le tout.

Côté gestion de la maintenance, OVH s'oriente vers la solution vRealize Operations (toujours signée VMware) qui sera elle aussi mise en œuvre dans un deuxième temps. "Grâce à vRealize, l'administrateur aura une vision en temps réel de tout ce qui se passe sur son infrastructure, il pourra effectuer des diagnostics de charge ou de croissance et gérer la capacité des ressources", indique l'hébergeur.

Dans le sillage de son nouveau projet de cloud Docker dévoilé en avril, OVH prouve une nouvelle fois sa volonté de monter en gamme. En termes de ciblage client, le groupe d'Octave Klaba annonce d'ailleurs très clairement la couleur. "Avec cette approche SDDC on demand, les entreprises vont pouvoir s'appuyer sur Dedicated Cloud pour externaliser tout ou partie de leur infrastructure dans nos datacentres", lache Miroslaw Klaba en évoquant les certifications déjà décrochées par Dedicated Cloud (PCI-DSS, ISO 27001, SOC 1 et SOC 2 type II).

OVH / Datacenter