Cloud Days : Outscale s'oriente vers le cloud 2.0

Lors de son événement utilisateurs qui se tient aujourd'hui à Paris, le cloud français annonce un premier service pour exécuter des containers Docker.

Le cloud français Outscale amorce le déploiement d'une couche de management de container Docker. Objectif : proposer une infrastructure optimisée pour gérer des déploiements à la volée. "Docker permet de transporter de manière fluide les applications de l'environnement de développement jusqu'à l'infrastructure de production", rappelle Outscale. A l'occasion de ses Cloud Days 2016, son événement annuel qui se tient aujourd'hui à Paris, le IaaS pose la première pierre du nouvel édifice. Il livre un service de PaaS (baptisé PaaS Ready for Docker) ouvrant la possibilité de déployer des containers Docker à l'intérieur de ses machines virtuelles.  

La gestion de containers en natif prévue à la fin de l'année

"C'est une première étape. D'ici la fin de l'année, nous prévoyons de faire évoluer nos API pour permettre à notre système cloud, Tina OS, d'orchestrer de véritables clusters de containers", confie Laurent Seror, CEO d'Outscale. Le portage des containers Docker en natif sur les serveurs bare metal d'Outscale est aussi évoqué parmi les projets. "L'idée est d'aboutir à une infrastructure conçue pour supporter des architectures Docker orientées microservices", poursuit Laurent Seror.

Outscale s'oriente également vers le cloud hybride

Ce n'est pas tout. A l'occasion de son événement clients, Outscale prend également le chemin du cloud hybride. La société de Saint-Cloud (!) commercialise une appliance, baptisée Tina On Premise, qui doit permettre à ses clients de déployer des clouds privés basés sur sa pile logicielle et matérielle. Elle se présente sous la forme d'une baie, baptisée FlexPod, construite par Cisco et NetApp et optimisée pour prendre en charge Tina OS.

"C'est un cloud privé clé en main, avec des capacités de stockage, et qui donne accès aux mêmes services et aux mêmes API que notre cloud", commente Laurent Seror. En ligne de mire : faciliter les interactions entre un cloud "on-premise" et le cloud public d'Outscale, avec à la clé la promesse d'une interopérabilité totale entre les deux environnements... dans une logique de cloud hybride. "Mais Tina On Premise est aussi compatible avec les grands clouds du marché comme Amazon", tient-on à préciser chez Outscale. 

Autre annonce réalisée lors de ces Cloud Days 2016 : la mise à disposition sur l'infrastructure d'Outscale d'un environnement pour répondre aux problématiques de traitement de données en masse, ou Big Data (associant MapR, Spark, ainsi qu'Elastic Search, LogStash et Kibana). Pour finir, Outscale inaugure un nouveau mode de facturation pour plus de flexibilité... une facturation de la consommation de ressources informatiques à la seconde.

A lire aussi :

 

Stockage / Serveurs