SAP s'envole vers le cloud à grands coups de milliards

SAP s'envole vers le cloud à grands coups de milliards L'éditeur allemand combine croissance organique et externe pour commercialiser une offre désormais propulsée par 44 datacenters.

Comme Oracle, son principal concurrent sur le terrain des progiciels de gestion intégrée, SAP axe désormais sa stratégie de développement tout entière sur le cloud. Et il s'en sort plutôt bien : à l'issue de 2016, l'éditeur allemand enregistre un chiffre d'affaires de 22 milliards d'euros (en hausse de 6%), dont presque 3 milliards tirés de la vente de services cloud. Soit 14% de son CA. Un résultat qui fait de lui, et de loin, le premier acteur du cloud en Europe. En proportion, il fait mieux qu'Oracle. Sur 37,23 milliards de dollars de chiffre d'affaires réalisés l'année dernière, l'Américain a généré 3,6 milliards dans ce domaine (9,7%).

Plus de 15 milliards de dollars d'acquisitions

Pour parvenir à ce résultat, SAP a d'abord misé sur une stratégie de croissance externe. Son coup d'envoi est donné dès 2011 avec le rachat pour 3,4 milliards de dollars de SuccessFactors, une solution SaaS de Human Capital Management. En 2012, c'est autour du leader de la gestion des approvisionnements en mode cloud, Ariba, de tomber dans l'escarcelle de SAP, contre 4,3 milliards de dollars. L'année suivante rebelote, la société de Walldorf met la main sur Hybris Software, éditeur d'une plateforme cloud d'e-commerce, pour un montant non communiqué. En 2014, SAP boucle encore deux acquisitions, toujours sur le front du SaaS : celle du spécialiste de la gestion de voyages d'affaires Concur (pour 8,3 milliards de dollars), puis celle de Fieldglass, dans la gestion du travail temporaire.

En parallèle, l'éditeur se lance dans la réécriture de son ERP historique avec pour objectif d'en proposer une édition cloud. Une première version SaaS du progiciel (baptisée Business ByDesign) est commercialisée en 2010. Assez légère, elle cible les entreprises de taille intermédiaire. Pour les grands comptes, SAP dévoile en 2013 une seconde mouture. Il s'agit cette fois d'une déclinaison complète de l'ERP (S/4HANA) en mode cloud. Ce dernier restant naturellement disponible, en parallèle, sous la forme d'une offre logicielle à installer en interne.

S/4HANA, un ERP taillé pour le cloud hybride

"Le lancement de S/4HANA en mode cloud public, supporté par les investissements importants qui sont en train d'être réalisés par SAP, est un parfait exemple de notre volonté d'être un partenaire de la transformation digitale des entreprises, et pas seulement un fournisseur de logiciel", se félicite Stéphane Fontana, directeur Secteur industrie chez SAP France.

Plus récemment, SAP s'est doté d'une offre de Platform as a Service (PaaS). Baptisée SAP Cloud Platform, elle permet d'enrichir S/4HANA de possibilités complémentaires : intégration avec les terminaux mobiles, avec la blockchain, création de processus métier additionnels, déploiement d'un environnement big data associé (avec Hadoop)... Dans sa version la plus récente, SAP Cloud Platform peut aussi traiter des données en provenance d'objets connectés. Un élément qui, selon SAP, pourrait permettre à son ERP de mieux piloter la production, les approvisionnements ou la maintenance d'infrastructures industrielles. Enfin, le PaaS est équipé d'un moteur de machine learning pour injecter des capacités prédictives dans les applications SAP.

Objectif : 8 milliards de CA tirés du cloud en 2020

Aujourd'hui, l'offre cloud de SAP est propulsée via un réseau de 44 datacenters présents dans une dizaine de pays à travers le monde. D'après les derniers chiffres de l'éditeur, elle est utilisée par 125 millions de professionnels. "A titre d'exemple, 46 millions d'abonnés sont connectés à nos solutions SuccessFactors à travers 81 pays et dans 42 langues différentes, et plus de 34 millions d'utilisateurs sont abonnés à notre plateforme collaborative SAP Jam", détaille Stéphane Fontana.

Quels sont les objectifs financiers de SAP sur le cloud à moyen terme ? "La croissance de 40 % des nouvelles souscriptions à nos offres cloud au 4e trimestre 2016 motive notre ambition de multiplier par 2,6 notre revenu sur ce créneau à horizon 2020", précise Stéphane Fontana. Et pour élargir encore ses perspectives de croissance, l'éditeur s'est lancé en 2016 dans une stratégie multicloud. Il a signé des partenariats avec les principaux acteurs du marché : Amazon Web Services, Google, IBM et Microsoft. Objectif affiché par le groupe : faciliter le portage de son ERP sur d'autres clouds que le sien.

Localisations des datacenters de SAP pour chaque offre cloud
Pays Régions Ariba  Concur  Field Glass  HCM SAP Cloud Hybris 
Canada  Toronto           
Etats-Unis Ashburn, VA           
   Atlanta, GA           
   Dallas, TX           
   Elk Grove Village, IL         
   Lynwood, WA           
   Manassas, VA             
   Newtown Square, PA        x  
   Phoenix, AZ           
   Pittsburgh, PA           
   San Jose, CA         
   Santa Clara, CA             
   Sterling, VA          x  
   Waltham, MA           
Brésil Sao Paulo           
Japon Osaka             
   Tokyo             
Australie Sydney         
France Paris         
Allemagne Francfort          
   St. Leon Rot/ Walldorf       
     Pays-Bas Amsterdam     
Russie Moscou         

A savoir : les infrastructures opérées par SAP pour supporter ses différents services cloud sont installées, selon les localisations, au sein de datacenters que l'éditeur propose en propre ou des espaces qu'ils louent au sein de centre de données tiers mis à disposition par des fournisseurs. Chaque régions du cloud de SAP dispose d'un second datacenter permettant de réaliser des sauvegardes de sécurité.

Et aussi

ERP / Progiciel

Annonces Google