Les coulisses techniques de Twitter Twitter très discret quant à ses data centers

En termes d'infrastructure technique et matérielle, Twitter est plutôt discret dans ses choix. Ainsi, le rapport d'activité de l'américain ne révèle pas l'emplacement de ses data centers. On sait que Twitter pratique à 100% la colocation pour l'intégralité des data centers. La société achète des espaces de salle blanche à divers fournisseurs à la différence des Google, Facebook ou Apple qui se sont lancés dans la construction de leurs propres data centers. 

intérieur d'un centre de données de ragingwire. twitter loue de l'espace à ce
Intérieur d'un centre de données de RagingWire. Twitter loue de l'espace à ce fournisseur de data centers neutres pour héberger ses serveurs. © Twitter

Jusqu'à 2010, Twitter externalisait ses ressources informatiques auprès de NTT America, mais alors que le nombre d'utilisateurs continuait de croitre, Twitter a décidé de diversifier son approche. L'Américain a alors loué des espaces dans un data center basé à Salt Lake City dans l'Utah. Depuis, le groupe a ajouté des espaces supplémentaires dans diverses régions des Etats-Unis auprès de divers opérateurs de data centers tels que QTS à Atlanta et RagingWire à Sacramento. Officiellement, on en sait pas plus. L'Américain ne communique ni sur ses partenaires internationaux, ni sur son infrastructure à l'étranger. Twitter dispose-il de serveurs à l'étranger ou ne fait-il que du caching ? Secret défense.

Etats-Unis / Twitter