Cloud : comment Google défie Amazon et Microsoft L'offre Saas : les Google Apps en produit d'appel

Les annonces de contrats de dizaines de milliers d'utilisateurs se succèdent entre Office 365 et Google Apps. L'enjeu est de taille. Google entre bien souvent dans les DSI via son offre bureautique dans le cloud.

Avec ses Google Apps, Google cherche à détrôner la suite Office auprès des utilisateurs en entreprise. S'il existe de multiples suites bureautiques en mode cloud comme Zoho Office, CloudOn ou celle du coréen ThinkFree Online, le choix des DSI français oscille bien souvent entre les Google Apps, Office 365 et, plus rarement, le SmartCloud d'IBM. L'offre Google Apps for Work s'appuie sur la messagerie Gmail, les communications instantanées Hangouts, Google Agenda, Drive pour le stockage des fichiers, et le réseau social Google+.

capture des google apps pour work.
Capture des Google Apps pour Work. © Google

Au chapitre des applications, l'utilisateur dispose du traitement de texte Docs, du tableur Sheets, de la solution de présentation Slides, de Forms pour créer des formulaires en ligne. Signalons enfin la présence dans Google Apps for Works de Google Sites, une solution de création de sites web. Un moyen pour les utilisateurs de créer leur blog ou pour les chefs de projet de créer un site dédié à leur projet.

Si, par rapport aux logiciels de la suite Office, certaines applications de Google peuvent sembler frustres, leur couverture fonctionnelle reste suffisamment large pour couvrir les besoins d'une vaste majorité des utilisateurs en entreprise. De plus, l'argument de l'impossibilité de travailler sans connexion Internet, notamment pendant les voyages en train ou en avion, a été levé depuis que l'application Google Drive dispose d'un mode hors-connexion.

Enfin, Google propose aux abonnés Google Apps for Work une solution de stockage complémentaire à Drive. Baptisée Vault, elle permet de stocker tout document, fichier, e-mail... en fixant éventuellement une durée de conservation aux contenus et en disposant de fonctions de recherche conformes aux exigences juridiques (eDiscovery).

En termes de facturation, Google privilégie la simplicité

En termes de facturation, Google privilégie une certaine simplicité comparé à son rival Microsoft. Le californien n'a que deux forfaits à son catalogue. L'abonnement Google Apps de base est facturé 4 euros HT par utilisateur et par mois, avec une limite de 30 Go de stockage par utilisateur. Un tarif fixe que l'on peut ramener à 40 euros par an et par utilisateur en optant pour le forfait annuel. L'offre illimitée, qui inclut Vault, est facturée 8 euros par mois et par utilisateur. Outre l'espace de stockage théoriquement illimité (en fait seulement 1 To par utilisateur pour les entreprises ayant souscrits pour moins de 5 comptes), le forfait Google Apps for Work illimité donne accès à des fonctions d'administration et d'audit plus avancées pour les comptes Drive. Dans tous les cas, l'assistance 24/7 est incluse.

Face aux Google Apps for Work, Microsoft a choisi de segmenter plus finement son offre Office 365, quitte à perdre en lisibilité. Office 365 Business est ainsi décliné en 3 forfaits Business Essentials, Business et Business Premium, à respectivement 3,80 euros, 8,80 euros et 9,60 euros par utilisateur et par mois. Le premier forfait ne donne pas accès aux versions PC, tablette et smartphone de la suite Office. Au-delà de 300 utilisateurs, l'entreprise doit choisir son offre dans la gamme Entreprise qui compte, elle-aussi 3 types de forfait allant de 6,10 euros par mois et par utilisateur à 18,20 euros pour le forfait E3 (le haut de gamme Microsoft qui inclut notamment le décisionnel en libre-service. Il n'existe pas au catalogue Google).

L'offre SaaS de Google s'arrête à ces seules offres Google Apps, alors que le catalogue Microsoft est bien plus large. Il s'étend au décisionnel, Microsoft CRM Online ou encore Microsoft Dynamics AX 2012 qui peut être déployé sur Microsoft Azure.

Microsoft / Google