Gérard Guinamand (Engie) "La transformation numérique a fait évoluer le rôle du DSI"

Le DSI de la Branche Energie Europe d'Engie évoque les impacts de la transformation digitale actuellement conduite dans son entreprise, et le rôle de la DSI, mais aussi des solutions informatiques, dans ces mutations

JDN. Quels changements stratégiques liés à la transformation numérique vont impacter les systèmes d'information chez Engie ?

Gérard Guinamand, DSI Branche Energie Europe chez Engie. © JDN

Gérard Guinamand. La transformation numérique repose sur plusieurs axes chez Engie. Elle implique des changements organisationnels, car elle doit permettre au groupe de se rapprocher de ses clients avec un nouveau découpage territorial de l’organisation. Cette transformation a aussi pour but de proposer de meilleures expériences aux clients, et de favoriser les échanges avec nos utilisateurs. Tout cela va impacter les systèmes d'information.

Par exemple, notre transformation digitale vise une meilleure connaissance des clients, pour lui offrir une meilleure expérience, et cela passe notamment par le Big data. Derrière ce terme, se cache pour nous l’occasion d’exploiter nos données hétérogènes, structurées ou non, qu’elles soient issues de nos systèmes ou non, comme des réseaux sociaux. Nous n'allons toutefois pas chercher des spécialistes et des datascientists à l'extérieur : nous allons faire appel à des talents en interne. Nous avons commencé en juin dernier à mettre en place le processus pour les repérer.

Le digital amène aussi de nouveaux points de contact, qui vont être plus nombreux et plus variés avec nos clients. Associée à une nouvelle vision cross-canal, la transformation numérique va aussi faire émerger de nouvelles opportunités commerciales. Notre entreprise, et ses systèmes d'information, vont donc être fortement impactés par la transformation numérique. C’est tout notre business model qui va évoluer : nous n’allons plus nous limiter à vendre des molécules de gaz comme avant.

Chez Engie, il y a un Chief Digital Officer (CDO), un responsable de la transformation numérique, et donc un DSI. Vous ne vous marchez pas sur les pieds au quotidien ?

Nos rôles sont complémentaires. Le CDO est par exemple un catalyseur, il va aussi impulser des dynamiques. Il n’est pas dans l’opérationnel. Quant au rôle du DSI, il a évolué. Son domaine de compétence a changé. Par exemple auparavant, c’était les mainframes ou les logiciels on-premise, désormais, c’est le cloud. Mais certains fondamentaux restent. J'emploierai un mot anglais pour décrire son rôle aujourd'hui : c'est un "enabler". Il rend possible cette transformation numérique. La DSI va trouver les solutions, et s'appliquer à retenir des projets sécurisés et rapides.

Ce n'est pas le DSI qui pilote la transformation numérique

La DSI n'est pas une business unit – et vice versa : mais la transformation numérique doit nécessairement reposer sur une bonne coopération entre business et DSI. Au final, ce n’est pas le CIO ou le CMO ou encore le CDO qui pilote la transformation numérique, c'est une communauté.

Je ne dis pas que c’est toujours un long fleuve tranquille. Ce n’est finalement pas plus mal : cela veut bien dire qu’il y a une dynamique. Mais c'est vrai que le périmètre n’est pas parfaitement bordé. Il y a bien des missions et des rôles précisés et clairs sur le papier, mais, dans la vie réelle, celle des projets concrets, c’est un peu différent. Il peut y avoir des chevauchements.

Quel rôle peut jouer le cloud dans votre transformation  numérique ?

Les outils cloud peuvent être rapidement déployés, ce qui apporte une flexibilité bienvenue dans ce contexte de transformation numérique par rapport aux autres outils on-premise. Les solutions cloud font gagner du temps. Par exemple, nous avons lancé un projet de déploiement de CRM Salesforce chez Savelys, notre filiale dédiée à la maintenance. 4 000 techniciens sont concernés, et le projet, lancé en juillet dernier, devrait être terminé en décembre, avec l’aide d’Accenture. Un délai que nous n’aurions pas pu tenir avec des logiciels on-premise. Par ailleurs, j'observe que chez nous, le cloud a aussi pu améliorer la collaboration entre certains services, ce qui peut aussi aider la transformation numérique.

L'Internet des Objet s'intègre-t-il dans vos projets et votre transformation numérique ?

La transformation numérique va nous permettre de proposer de nouveaux services, et l’IoT pourra apporter de nouvelles opportunités, avec les "home services", c'est-à-dire de nouveaux services pour la maison. Que ce soit grâce à une maison plus intelligente, ou à des terminaux pilotant les équipements, avec les objets connectés, nous allons notamment pouvoir aider nos clients à mieux gérer leur consommation d'énergie, que ce soit dans des locaux d’entreprise ou chez des particuliers. Le suivi, la vente, et l’arrêt de la consommation électrique pourront donc être impactés par l'Internet des Objets.

Nous nous organisons pour l'IoT

Mais pour l'heure, l'IoT ne représente que de petites initiatives de projets pilotes. C’est encore balbutiant, comme finalement tout ce qui a trait aux maisons intelligentes, aux smart cities ou aux smart buildings. Mais nous nous organisons. Et, évidemment l'IT va jouer un rôle très important.

Dans cette transformation numérique, qu’est-ce qui vous semble, en tant que DSI, le plus dur?  

(Après une longue réflexion) Il y a beaucoup de difficultés. Mais c’est aussi excitant. C’est toute l'entreprise, tout le groupe qui change. Il faut inventer de nouveaux modèles. Or, il y a des habitudes parfois bien ancrées, aussi : le plus dur sera donc de les changer. La conduite du changement est donc sans doute ce qu'il y a de plus difficile. Mais c’est aussi assez extraordinaire de se trouver à ce poste alors que l’entreprise prend un tel virage. Il y a des difficultés au quotidien, avec beaucoup de nouveaux acteurs et un nouvel état d’esprit. C’est assez stimulant.

Big Data / GDF Suez