Microsoft laissera les données de LinkedIn accessibles aux éditeurs tiers

Lors d'un entretien exclusif accordé au JDN, le patron du cloud de Microsoft a répondu aux inquiétudes de Salesforce sur la question de l'accès aux données de LinkedIn.

Lors de sa venue en France à l'occasion de l'événement Microsoft Experiences, Scott Guthrie, vice-président exécutif de la division Cloud et Enterprise de Microsoft, a accordé une interview exclusive au JDN. Nous lui avons demandé si Microsoft allait continuer à laisser des éditeurs tiers accéder aux données de LinkedIn. Scott Guthrie a très clairement répondu par l'affirmative. "LinkedIn est ouvert aujourd'hui, et d'autres entreprises et ISV [Independant Software Vendors, ndlr] sont aussi intégrés avec lui. Nous continuerons à permettre cela. Donc, d'autres fournisseurs de CRM et d'autres entreprises pourront également tirer pleinement avantage de ces possibilités, et nous le ferons en toute relation de confiance. Nous continuerons à laisser d'autres éditeurs accéder aux données de LinkedIn", révèle Scott Guthrie. 

La question posée par Salesforce

Salesforce a annoncé officiellement la semaine dernière avoir demandé aux autorités de régulation européennes d'examiner les potentielles questions antitrust qui peuvent se poser dans le cadre de l'accord de rachat de LinkedIn par Microsoft (une opération estimée à 26 milliards de dollars). Une démarche qui est intervenue alors que l'accord de l'opération par les autorités antitrust européennes doit théoriquement être entériné dans les prochaines semaines. Parmi les principales interrogations mises sur la table par le spécialiste du CRM en mode SaaS : le risque d'une fermeture par Microsoft des données de LinkedIn aux éditeurs tiers.

Scott Guthrie est vice-président exécutif de la division Cloud et Enterprise de Microsoft depuis février 2014. © Microsoft

"En obtenant la propriété du dataset unique de LinkedIn, représentant plus de 450 millions de professionnels dans plus de 200 pays, Microsoft aura la possibilité d'interdire à des concurrents l'accès à ces données, et ainsi d'obtenir un avantage concurrentiel déloyal" a indiqué Burke Norton, directeur juridique de Salesforce, dans un communiqué publié le 29 septembre. "Salesforce estime que cela soulève des problèmes significatifs en termes antitrust et de confidentialité des données, qui doivent être examinés de près par les autorités de la concurrence des Etats-Unis et de l'Union Européenne".

Rappelons que Microsoft commercialise, lui-aussi, une offre de CRM : Dynamics. Ce qui tendrait à expliquer les inquiétudes de Salesforce. Au moment de l'annonce de l'accord de rachat de LinkedIn, Microsoft avait insisté sur la valeur que pourrait apporter le réseau social à son outil de gestion de la relation client. Le social graph de LinkedIn va permettre aux utilisateurs de Dynamics de "transformer les cycles de vente avec des insights déterminants", avait notamment souligné Microsoft.

Face aux interrogations de Salesforce, la réponse de Scott Guthrie a donc été claire. Reste à savoir quelles seront les modalités définies par Microsoft pour permettre cet accès aux données de LinkedIn à des tiers.

Contacté par le JDN, Salesforce n'a pas souhaité faire de commentaire.

L'interview complète de Scott Guthrie de Microsoft :

Microsoft / Salesforce