SOA : Air France-KLM donne des ailes à son SI

Face aux grands enjeux pesant sur le marché de l'aérien, le nouveau groupe, résultat de la fusion entre Air France et KLM, a opté pour une architecture de services pour gagner en réactivité.

Suite à sa fusion avec KLM, Air France s'est lancé dans une refonte de son système d'information. Un projet stratégique suivi de près par la direction générale du groupe. Le SI représente en effet une pièce maîtresse de la compagnie aérienne, sur laquelle repose bon nombre de ses processus clés - au premier rang desquels les réservations et le yield management.

Le chantier vise à aboutir à quelques 70% d'applications communes au deux entités - sur un total de 400 environ. Et ce dans un contexte de dérégulation du marché aérien, et de rationalisation des coûts. "Cet environnement économique implique pour nous d'être réactif en termes de développement et déploiement de nouveaux processus métier", explique Pascal Léautier, responsable architecture au sein d'Air France-KLM.

C'est dans ce contexte que la mise en place d'une architecture de services (SOA) est envisagée. Il est vrai que le groupe affiche un précédent sur ce terrain. Dès 1996, Air France avait commencé à initier une démarche d'urbanisation par services. Environ 3 000 services avaient ainsi été élaborés et un référentiel de données métier définies, le tout dans l'optique de pouvoir réutiliser les composants disponibles sur les plates-formes existantes (legacy) au sein de nouveaux développements. A l'époque l'entreprise avait opté pour un middleware maison.

Dans la foulée de la fusion et face aux nouveaux enjeux auxquels la société est confrontée, DSI" w:st="on">la DSI se pose donc légitimement la question d'évoluer vers une approche plus standard, reposant sur la SOA. Avec dans l'idée d'avoir recours à une technologie d'intégration du marché, en lieu et place de sa plate-forme maison. "L'architecture orientée services nous permettrait de rendre notre SI à la fois évolutif et réactif", explique Pascal Léautier.

Avec Jean-Christophe Lalanne, DSI-adjoint d'Air France-KLM, comme sponsor, le projet SOA s'inscrit dans une réflexion d'ensemble sur l'urbanisation du système d'information. Objectif : définir quelles seront les applications communes à Air France et KLM, lesquelles seront conservées ou pas...

"Nous avons profité du projet SI lié à la fusion pour sensibiliser les métiers à l'approche SOA. Cette solution a été plutôt bien accueillie", reconnaît Pascal Léautier. "Il est vrai que nous avons bénéficié du retour d'expérience positif du projet précédent."

Le chantier débute par un travail d'identification des projets de migration prioritaires

Bénéficiant du travail d'ingénierie réalisé précédemment sur les processus métier, l'opération débute en 2006 par un travail d'identification des projets de migration prioritaires. 

Elle se poursuit courant 2007 par la mise en place du socle de la SOA : une solution est choisie en commun avec KLM, un centre de compétences mis sur pied, ainsi qu'un ensemble de règles de gouvernance adaptées aux nouvelles pratiques défini. Le groupe se fait accompagné par le cabinet de conseil Vistali (Groupe Solucom).

La structure de gouvernance est en cours de déploiement. Elle vise à privilégier la collaboration, domaine métier par domaine métier, entre architecte métier et architecte SI

"Ainsi, ces 'binômes' d'architectes peuvent faire émerger et maîtriser les collaborations entre domaines métiers et vers l'extérieur, des collaborations outillées et exposées grâce à l'approche SOA sous forme de services métiers normalisés et réutilisables", commente Jean-Baptiste Ceccaldi, directeur général de Vistali. 

A terme, la DSI d'Air France-KLM entend parvenir à une architecture de services informatiques complète, dotée de contrats de services avec les métiers. 

Quels sont les principaux enseignements tirés pour l'heure de ce projet ? "En premier lieu, il est fondamental de se doter d'une infrastructure SOA efficace, notamment dans la mesure où il s'agit d'une brique centralisée sur laquelle un grand nombre de processus est amené à s'appuyer", souligne Pascal Léautier.

Autre élément important : l'accompagnement du changement, notamment pour préciser la portée exacte de la SOA en vue d'éviter l'apparition de fausses attentes. "Enfin, il est fondamental de créer une dynamique de collaboration en vue d'aboutir à la définition de services invariants qui puissent être ensuite réutilisés", termine Pascal Léautier.

 

Le projet en bref
Source : JDN Solutions
SociétéAir France-KLM
SecteurTransport aérien
Type de projetIntégration
Technologie retenueTibco
PrestataireVistali (Groupe Solucom)
Déploiement2007

Urbanisation / SOA