Les nouveaux terrains de jeu du Big Data Des assurances sur-mesures grâce au Big Data

Les assureurs s'intéressent à plus d'un titre aux technologies de Big Data. Nathalie Blanchard, technicienne d'IBM au Québec, en a fait la douloureuse expérience. En arrêt maladie pour dépression, cette québécoise a vu son assurance santé s'arrêter brutalement. Manulife, son assureur, avait en effet découvert des photos qu'elle avait postées sur Facebook et MySpace où on pouvait la voir savourer son temps libre sur une plage ou dans des pubs. Au-delà de l'anecdote, les assureurs mettent de plus en plus en œuvre des solutions de Big Data pour la détection de fraude, des solutions de Mining qui explorent non seulement l'ensemble des documents échangés avec l'assuré, mais aussi ses e-mails, et ses publications sur les réseaux sociaux. Les besoins sont tels qu'Axa a créé une chaire "Stratégie Digitale et Big Data" en partenariat avec HEC pour recruter ses futurs experts.

Hadoop, un boosteur comparé au SGBD traditionnel

enregistreur d'axa permettant à l'assureur de mettre en œuvre sa stratégie de
Enregistreur d'Axa permettant à l'assureur de mettre en œuvre sa stratégie de paiement en fonction des parcours et du comportement du véhicule. © Axa

A l'heure actuelle, les assureurs français se dotent de plateformes Hadoop pour accélérer leurs outils de Business Intelligence existants. Du fait des volumétries de données colossales qu'ils manient, les SGBD relationnels et les applications classiques demandent des temps de calcul de plusieurs dizaines d'heures pour analyser l'historique d'un client. Un délai incontournable avant de délivrer un scoring et donc le montant de la prime d'assurance. Une contrainte technique qui est devenue insupportable à l'heure où le consommateur exige une réponse immédiate. Le Crédit Mutuel Arkéa a ainsi boosté ses systèmes décisionnels avec un cluster Hadoop qui ramène le temps de calcul à quelques minutes seulement.

Generali France a mis en place un cluster basé sur la distribution Cloudera d'Hadoop, solution qui intègre l'outil de requêtage haute performance Impala. L'outil de restitution choisi est Tableau Software, ce qui permet à ses agents de travailler avec des données en quasi temps réel.

Une étape vers une assurance "au kilomètre"

Mais ce que tous les assureurs ont aujourd'hui dans leurs cartons, c'est l'assurance automobile au kilomètre, ou plutôt une assurance dont le montant sera littéralement calculé en fonction du comportement du conducteur. C'est le concept du Pay as you Drive (PAYD) : une boite noire dans le véhicule trace les coordonnées GPS de la voiture lors de ses déplacements, et l'assureur peut ainsi facturer en fonction des kilomètres réellement parcourus. Le concept peut aller très loin puisque l'assureur pourra moduler son tarif selon que le conducteur roule plutôt sur autoroutes, aux heures creuses où s'il est adepte de la conduite sportive en centre-ville...

Le Big Data ouvre la voie aux Business Model les plus pointus aux assureurs, mais la CNIL a rapidement douché leur enthousiasme en interdisant la remontée des données de géolocalisation et de vitesse. Le boitier ne peut transmettre que le kilométrage parcouru, les horaires et le type de route fréquenté. Quelques assureurs français ont désormais une offre PAYD à leur catalogue. Mais si ce modèle s'impose en France, ils vont devoir tous entrer dans l'ère du Big Data.

Big Data / Business intelligence