Petite révolution : Oracle obtient la protection juridique des API Java

Une décision des juges en faveur d'Oracle contre Google pourrait avoir un impact sur les développeurs Java. Elle reconnait que l'éditeur est propriétaire de ses API Java.

Une cour d'appel fédérale aux Etats-Unis a reconnu que Google enfreignait les droits d'Oracle en utilisant les API du langage Java dans son système Android. Si cette décision n'est pas remise en cause, elle constituera une jurisprudence autorisant les éditeurs de logiciel américains à détenir un copyright sur leurs API, alors même que l'environnement applicatif auquel elles donnent accès est open source (le langage Java dans le cas d'Oracle).

Cette décision est certes une bonne nouvelle pour Oracle qui n'a cessé de soutenir son point de vue en mettant en avant l'argument que les API Java n'étaient pas publiées en open source. Mais à l'inverse, c'est potentiellement une très mauvaise nouvelle pour les développeurs qui souhaiteraient bâtir des applications en s'appuyant sur ces API, ou encore donner accès à leur propre logiciel Java via ces dernières.

Pour se prémunir de cette protection juridique sur les API Java, un développeur devrait passer outre ces interfaces, et redévelopper en partant de rien tous les services d'intégration avec un autre logiciel. Ce qui devrait donc être le cas de Google avec Android, si la décision se confirme (car une procédure d'appel est toujours possible de la part de Google devant la cour suprême des Etats-Unis).

Juridique / Java