SRMvision : un tiers de confiance entre clients et fournisseurs IT

SRMvision : tiers de confiance informatique Déploiements, gestion des incidents, des niveaux de service, des contrats... Le logiciel en SaaS sacré par l'itSMF France fournit aux clients et fournisseurs un espace commun pour structurer leurs processus et leurs échanges de données.

C'est en 2008 que Bruno Dambrun fonde SRMvision. Son intuition : le modèle traditionnel de relation que les sociétés de services entretiennent avec les éditeurs et constructeurs (du déploiement à la phase de support et de maintenance) est tout sauf efficace. "Les fournisseurs s'assurent du bon niveau de compétences de leurs partenaires intégrateurs, mais pas de leur maitrise des processus de mise en œuvre et de support", explique-t-il. Et côté client, un faussé existe également : le prestataires devra, pour chaque projet, proposer des processus informatiques personnalisés et intégrés spécifiquement. Au total, ce mode de structuration se révèle finalement assez peu efficace, la relation client-fournisseur IT étant gérée en silo.

"Dans le domaine automobile, quand une voiture est commandée dans le réseau commercial, le système de production du constructeur se met en branle en quelques minutes, y compris chez les sous-traitants de deuxième niveau. On est bien loin du compte dans l'informatique", constate Bruno Dambrun. D'où l'idée de proposer une plate-forme d'intermédiation entre clients, prestataires, et éditeurs - constructeurs. A travers ce système, SRMvision entend répondre à l'ensemble des problématiques de la relation des clients avec leur écosystème de fournisseurs, et réciproquement.


bruno dambrun a gauche directeur general srm recoit trophee facil itil est
Bruno Dambrun (à gauche), directeur général de SRM, reçoit le trophée Facil'ITIL. Il est accompagné par Frédéric Morin, le directeur R&D. © itSMF

Un positionnement des plus original que l'itSMF France a souhaité saluer en décernant le premier trophée de la solution FACIL'ITIL à cette jeune pousse française. Le prix a été remis à l'occasion de la dernière conférence de l'association (lire le dossier du 29/11/2012 : SRM Vision remporte le trophée de la Solution Facil'ITIL). Partenaire de l'événement, le JDN faisait partie du jury.

"Pour le client, il s'agit de disposer d'un espace de gestion globale de ses prestataires et fournisseurs", explique-t-on chez SRMvision. La solution propose ainsi aux deux partis un cadre standardisé commun pour suivre l'ensemble des processus. Pour chaque actif du système d'information (postes de travail, serveurs, équipements réseau, applications...), le client peut référencer et suivre par le biais de la solution les fournisseurs, contrats, déploiements, recettes, tâches d'infogérance, niveaux de service, et l'historique correspondant. Objectif : assurer une traçabilité de l'ensemble des intervenants externes. 



Créer une gestion de la chaine logistique sur le modèle de l'automobile


Toujours dans cette logique d'e-procurement, la solution intègre une console de supervision autour d'indicateurs clé de pilotage (couvrant gestion des incidents, des problèmes, escalade, des livrables de projet...) combinée à un indice de satisfaction - basé sur des enquêtes clients. Le client pilote ainsi ses contrats de service en partageant les mesures avec ses fournisseurs.


Pour s'adapter au mieux aux organisations existantes, SRMvision a conçu sa technologie "pour être la moins coercitive possible". Les référentiels d'actifs et de prestations sont crées à partir des catalogues de produits et services des acteurs informatiques et télécoms retenus par le client. Parc informatique, centre de services, documentation, projets, contacts, supervision... Des vues logiques sont ensuite générées pour gérer les données de projet de d'infogérance (avec une traçabilité par intervenants), et les rendre lisibles par la DSI, les responsables de projet et les achats. En cas de rupture de contrat avec un fournisseur, l'historique d'exploitation et d'indices de performance facilite la réversibilité, ainsi que la renégociation ou la négociation d'un nouveau contrat.

Parmi les premiers utilisateurs : la Ville de Boulogne-Billancourt

Reste que la base de données ainsi constituée ne représente pas à elle seule une CMDB (base de données de gestion des configurations IT). "Nous nous sommes limités aux processus de gestion des fournisseurs", explique Bruno Dambrun. Ainsi , la gestion des capacités informatiques et celle de la disponibilité ne sont par exemple pas intégrées. Pour les entreprises qui le souhaitent, une intégration peut néanmoins être envisagée avec des outils tiers pour prendre en charge ces processus. Sur ce point, SRMVision travaille notamment sur une bibliothèque de connecteurs.  


Mais, SRMvision dispose d'interfaces graphiques pour chaque type d'acteur. Pour les prestataires, l'outil permet de suivre les fournisseurs, superviser les activités clients via le catalogue de services, et accéder à l'historique des actions réalisées (incidents, recettes...). Avec à la clé les mêmes indicateurs que les clients, en fonction des contrats signés avec eux, pour piloter les contrats vu de la société de services. 

Et SRMvision n'oublie pas non plus les éditeurs et constructeurs. Le logiciel avance ainsi un système de gestion du ticketing multi-fournisseurs. Intégrés dans la chaine de support, "ils n'ont également plus besoin avec notre outil de faire appel à des channel managers pour connaitre les prévisions de vente", ajoute Bruno Dambrun. "Les intégrateurs disposent désormais d'un seul outil pour leur transmettre leurs prévisions de vente, ce qui facilite grandement ces remontées." SRMvision ébauche ainsi une solution de gestion des prévisions semi-automatisée, avec pour objectif de tendre vers un processus en flux tendu qui se rapproche de celui de l'automobile.



Les premiers utilisateurs de l'offre ? Bruno Dambrun évoque la Marie de Boulogne-Billancourt et Ocealis côté DSI, ainsi que Spie Communications et Telindus du côté des fournisseurs. L'éditeur affiche un ticket d'entrée de 20 000 euros. Pour l'heure, la société mise sur son positionnement, qu'elle qualifie de "tiers de confiance", pour bénéficier d'une commercialisation par propagation." Nous l'avons vu avec la ville de Boulogne-Billancourt qui a joué le rôle de prescripteur pour Spie Communications et Telindus", explique Bruno Dambrun.

Alors que le développement du produit se poursuit (la gestion commerciale déjà disponible pour les sociétés de services le sera courant 2012 pour les DSI en vue de faciliter les consultations de fournisseurs), le fondateur de SRMvision ne cache pas son ambition d'accélérer son développement par une levée de fonds.

SaaS / Gestion de projet