Internet des objets : la révolution technologique en marche Quel réseau de communication pour les objets connectés ?

Plusieurs réseaux peuvent être exploités pour connecter un objet à Internet. Selon la puissance disponible et surtout la capacité de sa batterie, l'industriel va se tourner vers des solutions type réseau cellulaire "standard", réseau spécialisé, Bluetooth on puce sans contact. 

LTE ou UNB (pour Ultra Narrow Band)

Le réseau cellulaire est une option tentante car il autorise des débits relativement élevés. Reste le problème de la couverture qui n'est pas totale, et surtout du coût tant financier qu'en termes de consommation de puces GSM/3G ou 4G. Paradoxalement, la 4G apporte des solutions nouvelles pour réduire la consommation électrique des communications. Le groupement 3GPP qui standardise le protocole LTE travaille sur le volet MTC (Machine Type Communications). Actuellement, le cycle d'écoute du réseau par un équipement LTE (DRX) est configuré à 2,56 secondes, maximum. Ce cycle représente l'essentiel de la consommation d'un équipement. Dans la dernière spécification de LTE attendue pour fin 2014, un cycle DRX pourrait atteindre plusieurs dizaines de minutes dans le mode PSM (Power Saving Mode).

xbee : des modules de communication sans fil fabriqués par digi international.
Xbee : des modules de communication sans fil fabriqués par Digi International. © Xbee

Pour les compteurs d'eau, le français Sigfox a développé une solution de communication à très faible consommation électrique. Une offre qu'il propose aujourd'hui à tous les concepteurs d'objets connectés.

La solution exploitée par Sigfox s'appuie sur les l'UNB (Ultra Narrow Band) : des fréquences de transmission non soumises à licence, qui autorisent des échanges à bas débit (entre 10 bit/s à 10 kbit/s) sur une portée de plusieurs dizaines de km.

Le Wi-fi pour les objets à moindre portée

Pour les objets nécessitant une portée moindre, les industriels optent souvent pour le Wi-fi. Mais si son débit est élevé, sa consommation électrique limite son usage aux produits les plus coûteux, pouvant être branchés à une prise électrique.

Les concepteurs d'objets connectés vont bientôt pouvoir se tourner vers le futur standard IEEE 802.11ah. Une déclinaison du Wi-fi dont la portée est plus longue et la consommation moindre, mais il faudra attendre 2016 pour que ce standard soit approuvé.

En attendant ce "Wi-Fi des objets", les industriels peuvent exploiter Zigbee, nom commercial de la norme IEEE 802.15.4. Sa portée ne dépasse pas une centaine de mètres, et son débit pas plus de 250 kbit/s. En revanche, la mémoire qu'elle requiert est minimale, quelques dizaines de ko, et surtout sa consommation électrique est extrêmement limitée. Certains appareils embarquant cette technologie peuvent rester opérationnels pendant des années avec une simple pile pour les alimenter. La télécommande de la Freebox s'appuie du Zigbee, de même que de nombreuses ampoules intelligentes telle que la Hue de Philips.

Réseaux / Batterie