Christian Lerminiaux (UTT) "L'UTT comble un manque en sécurité informatique"

Après avoir impulsé la partie française du projet européen 2CENTRE, dédié à lutter conter la cybercriminalité, l'Université de technologie de Troyes explique le rôle qu'elle entend jouer dans la sécurité informatique.

JDNSolutions. Votre établissement vient de rejoindre le projet européen 2CENTRE qui veut lutter contre la cybercriminalité.  Pourquoi soutenir cette initiative ?

En matière de recherche et de laboratoires académiques dédiés à la sécurité informatique, la France est en retard : outre-Atlantique, par exemple le Department of Homeland Security peut s'appuyer sur de solides recherches universitaires.

Cette situation en France est assez préoccupante car en face, la cybercriminalité est bien mieux organisée, et peut disposer de fonds conséquents. Face à cette menace, la recherche seule ne suffit d'ailleurs plus. D'où l'intérêt de l'initiative 2CENTRE, un projet financé par la Commission européenne qui regroupe des acteurs du privé, des industriels de poids comme Microsoft, Thales, ou Orange, mais aussi publics, avec la Police et la gendarmerie nationale.

Piloté par l'University College de Dublin, le projet vise à former un réseau européen de centres d'excellence de formation et de recherche. Le but est de fournir une réponse juridique et technologique adaptée à la menace de la cybercriminalité et à la hauteur de la complexité des attaques. La partie française du projet est dotée d'un budget de 980 000 euros. 

 

"Nous avons décidé de positionner l'UTT dans le domaine de la sécurité informatique."

D'autres acteurs, publics ou privés, doivent-ils rejoindre l'initiative ?

En plus de l'Université de technologie de Troyes, l'Université de Montpellier-1 a également rejoint le projet, dans le but, notamment, d'apporter son expertise juridique sur la cybercriminalité. Le but du projet est de rester ouvert pour accueillir à d'autres acteurs afin d'améliorer encore son impact.  

 

Quel est le rôle de l'UTT en matière de formations et de sécurité informatique ?

En 2005, nous avons décidé de positionner l'UTT. Un peu comme s'il s'agissait des conclusions d'une étude de marché, nous nous sommes rendu compte qu'il y a avait un manque réel en France de laboratoires dédiés à la sécurité informatique. A l'UTT, certaines des recherches pouvaient aborder ce thème, mais pas de manière directe et approfondie. Nous avons donc décider de pallier un manque. Six ans après, nos efforts portent leurs fruits.

Nous avons ainsi pu renforcer notre partenariat avec la gendarmerie nationale afin de proposer depuis l'année dernière une nouvelle licence professionnelle d' "Enquêteur Technologies Numérique" adressée aux membres des forces de l'ordre. Nous allons aussi ouvrir, cette année, une deuxième licence professionnelle dédiée à l'analyse criminelle opérationnelle.

Pour celle qui est actuellement en cours,  24 personnes ont été choisies pour suivre cette formation, qui les aide à comprendre les réseaux, à être capable de retrouver des fichiers effacés ou à être sensibilisés sur les problèmes juridiques inhérents à la sécurité informatique. Ainsi formés, ils pourront ensuite rejoindre des pôles et se dédier à la lutte contre la cybercriminalité plus efficacement.

 

 

 

Avec 2 500 étudiants et 180 doctorants, l'Université de technologie de Troyes fait partie des dix plus importantes écoles d'ingénieurs françaises. L'UTT forme des ingénieurs en 6 branches, des Masters en neuf spécialités, des docteurs en cinq spécialités, et délivre deux spécialités de licences professionnelles. La politique de développement de l'UTT mise sur une recherche de haut niveau, axée sur la thématique transverse Science et Technologies pour la Maitrise des Risques (CNRS UMR 6279).

Formation continue / Cybercriminalité