Le Plan Big Data a l'ambition de créer 137 000 emplois d'ici 2020

François Bourdoncle et Paul Hermelin ont rendu leur copie. Les objectifs proposés sont ambitieux. Leur but : éviter que la France ne rate le coche du Big Data face aux Américains.

Quatre nouveaux plans, entrant dans le cadre de l'initiative Nouvelle France industrielle, ont été remis au gouvernement le 4 juillet. Parmi eux figure celui sur le Big Data, dont la responsabilité avait été confiée à François Bourdoncle, cofondateur d'Exalead (Dassault Systèmes), et Paul Hermelin, PDG de Capgemini. Face à la déferlante des groupes Internet américains sur le terrain de l'analyse des données, son objectif est de "positionner la France comme pays de référence dans le Big Data en associant à la fois fournisseurs de technologies, grands groupes utilisateurs, et instituts d'enseignement supérieur". L'enjeu ? Un potentiel de création ou de consolidation de plus de 137 000 emplois d'ici 2020, et un marché qui pourrait alors se porter à 9 milliards d'euros.

En vue de relever ce défi, plusieurs moyens sont passés en revue dans le dossier, avec un calendrier de mise en place précis. La création d'un centre de partage de données dans une logique de co-innovation, ainsi que le déploiement de formations (masters, Moocs...) sont prévus pour le second semestre 2014. Les lancements de dispositifs de financement et d'un observatoire des usages sont attendus pour la fin 2014. En 2015, le plan prévoit le soutien à des initiatives sectorielles, et la modernisation des systèmes d'information publics grâce au Big Data. Les chantiers visant à adapter la législation à ce nouvel usage devraient venir ensuite.

Le plan Big Data fait aussi le point sur plusieurs projets stratégiques. Le quotidien Les Echos qui a pu se procurer la version détaillée du document en évoque quelques-uns. Les projets Covéa (à l'initiative de la MAAF, MMA et la GMF) envisagent ainsi de croiser des données comportementales pour faire de la pédagogie auprès des jeunes au volant, ou pour mieux lutter contre les fraudes dans l'assurance. "La Fédération Internet nouvelle génération, accompagnée d'AXA, de La Banque Postale et de la Société Générale, explore la création d'un 'espace de confiance', où l'individu pourrait contrôler l'ensemble des données le concernant, et dont il pourrait faire émerger des applications", rapporte aussi Les Echos, avant de noter également dans la liste un projet de plateforme pour gérer les objets connectés chez Orange.

Big Data