Les embauches de cadres IT en recul de 24% sur 2009

L'Apec estime à 21 700 le nombre de cadres qui ont été embauchés dans le secteur informatique en 2009. Le taux de chômage atteindrait 6,5% contre 4,2% pour l'ensemble de la population cadre.

Les résultats de la dernière enquête annuelle de l'Agence pour l'emploi des cadres font ressortir un emploi cadre dans le secteur IT qui a mieux résisté que d'autres à la crise. Enfin presque.

S'affichant en recul de 24% sur 1 an, le nombre de recrutements dans la population des cadres informatiques a en effet été (un peu) moins catastrophique que pour d'autres.  Et si l'ensemble des recrutements dans la population cadres a chuté de 28% sur 1 an avec 143 700 embauches, dans le détail certains secteurs ont fait pire.

C'est notamment le cas pour les secteurs de l'administration (-51%), de la production industrielle (-46%) ou encore des achats/qualité/logistique (-31%).  

Pour 2010, les perspectives ne s'annoncent guère meilleures. L'Apec table sur un emploi cadre qui devrait continuer à reculer entre -4% et -10%, soit un nombre total d'embauches compris entre 130 000 et 138 000. Sachant qu'il faudra attendre jusqu'à 2013 pour retrouver le niveau d'embauches de 2008.

Concernant le secteur IT en particulier, l'Apec s'attend à ce qu'il embauche en 2010 entre 21 800 et 24 000 cadres. Ce qui, dans le meilleur scénario possible, correspondrait à une hausse de 11% des embauches, et au pire à une croissance nulle.

"Pour 2010, la croissance des embauches oscillerait entre 0 et 11%"

Mais si le niveau d'embauches des cadres dans le secteur IT limite (un peu) la casse par rapport à celui enregistré par l'ensemble de la population cadres en France, on ne peut guère en dire autant de son niveau de chômage.

Et la Dares d'enfoncer le clou avec ses dernières statistiques sur le chômage des informaticiens en comptabilisant 28 100 demandeurs d'emplois dans le domaine des systèmes d'information de catégorie A (33 700 toutes catégories confondues). Soit une augmentation de 58% sur 1 an qui pulvérise le dernier pic atteint en janvier 2006 et fait ressortir un taux de chômage structurel pour la profession de 6,5% contre 4,2% pour celui de l'ensemble de la population des cadres français.

"L'année 2009 restera comme l'une des pires qu'ait connu la profession sur le plan du chômage, avec une progression trois fois supérieure à celle constatée sur l'ensemble du marché du travail sur la même période", n'a d'ailleurs pas manqué de pointer le Munci dans un communiqué.

Pour 2010, le Syntec table de son côté sur une croissance molle - au mieux 2% - voire nulle de la population IT, qui s'élève actuellement  à 550 000 personnes en France, toutes catégories d'emplois confondues (salariés et indépendants).

Apec