Suppression de 100 000 postes chez IBM : le groupe dément

Le géant informatique a démenti l'information relayée par Forbes selon laquelle il compterait licencier 26% de ses salariés.

Aux dires de Forbes, IBM serait en train de plancher sur un de plan de restructuration historique, qui voudrait supprimer rien de moins que 26% de ses effectifs... soit plus de 100 000 salariés. Il concernerait aussi bien les implémentations du groupe aux Etats-Unis, que celles d'autres pays où le géant est présent.

L'information a été démentie par IBM. Le groupe confirme ce qu'il avait déjà précisé lors de la publication de ses derniers résultats trimestriels. "IBM a déjà annoncé avoir enregistré 600 millions de dollars de charge pour rééquilibrage de main d'œuvre. Ce qui correspond à quelques milliers de personnes, soit une toute petite fraction de ce qui est indiqué ici", note Big Blue. Le site américain Techcrunch croit savoir de source interne que le nombre de suppressions de poste envisagées se situerait en fait plus précisément entre 11 000 et 12 000.

IBM précise que cette action a pour but d'ouvrir de nouveaux postes à des profils plus en phase avec ses nouveaux objectifs de positionnement. "IBM a en ce moment environ 15 000 postes ouverts à travers le monde [...] sur plusieurs domaines de croissance comme le cloud, l'analytics, la sécurité, le social et le mobile. Cela montre bien que le groupe est en train de rabattre ses compétences pour être mieux en phase avec les opportunités du marché", précise un porte-parole d'IBM dans les colonnes du Wall Street Journal.

IBM a clôturé le 20 janvier dernier les résultats de son dernier trimestre fiscal avec un chiffre d'affaires en repli de 12%. En baisse pour le 11e trimestre consécutif, il s'est établi à 24,77 milliards dollars. Quant au résultat net du groupe, il déclinait dans le même temps de 11%, à 5,5 milliards de dollars.

IBM / Licenciement