En rachetant Fast, Microsoft annonce l'émergence du Knowledge Access

En rachetant pour 1,2 milliards de dollars l’éditeur de moteur de recherche linguistique norvégien Fast, Microsoft valide le marché de la recherche pour entreprise et en annonce les prochaines étapes : d’autres rachats, mais aussi l’émergence de nouvelles offres.

Microsoft 1 - Google 0


Ce rachat passionnant à plus d'un titre valide l'importance du marché du moteur de recherche en entreprise (évalué il y a deux ans par Steve Ballmer à 30 milliards de dollars). L'enjeu est de permettre aux entreprises d'accéder instantanément à l'information et à la connaissance qu'elles ont accumulées dans de multiples fichiers de tous standards au fil des années.

Sans cette technologie de filtrage, d'indexation et de recherche, les outils de collaboration, partage, capitalisation, édition et gestion documentaire seraient hors d'état de fournir les avantages qui en sont attendus. Ensuite, point capital, l'initiative de Microsoft valide le fait qu'il faut beaucoup de technologie et notamment de technologie linguistique pour réussir à rendre intelligible la masse complexe d'informations que manipule l'utilisateur professionnel.

Google tente à travers son offre entreprise de proposer un traitement simplifié du problème. La réponse de Microsoft est qu'il faut mettre en oeuvre beaucoup plus de compétences et de technologies pour affronter la complexité de l'entreprise. Il est possible que, dans le très long terme, Google ait partiellement raison pour celles des entreprises qui accepteront d'être gérées par  des « planet computers ».

Mais aujourd'hui et sans doute pour longtemps encore, en se déterminant à acheter la technologie et plus encore l'expérience de la gestion de la complexité dont elle ne disposait pas en son sein, Microsoft semble plus en accord avec la réalité des besoins des entreprises

 

IBM, ORACLE, EMC dans le sillage...


Cela dit, il ressort des déclarations de Microsoft, qu'il sera proposé une plateforme de recherche en entreprise, certes renforcée par FAST, mais complètement intégrée à l'univers Microsoft. Ce n'est pas être devin que de parier que d'autres grands acteurs de l'informatique comme IBM, Oracle, EMC, vont faire de même pour disposer à leur tour  d'une offre complète et intégrée.

L'émergence d'OpenOffice (en enlevant la suprématie de Microsoft du coté de la création de document) rendra d'ailleurs la compétition particulièrement ouverte. L'augmentation de 10% du cours d'Autonomy, actuel leader mondial du corporate search, est comme une invitation. Il est donc plus que probable que l'acquisition de Fast sera suivie d'autres rachats de même nature.


 

Les enjeux du corporate search favorisent les vendeurs indépendants


Pour autant, nombreuses sont les entreprises qui continueront à privilégier des offres indépendantes qui leur permettront à la fois d'éviter de compromettre leur liberté de mouvement en se mettant entre les mains de plateformes totalement intégrées et de continuer à bénéficier d'une expertise spécialisée et focalisée dont ils sont capable de maîtriser les éléments. Ce dont  Sinequa se félicite bien évidemment !


En effet, il ne faut pas croire que le débat est clos. Le moteur de recherche professionnel cherche à réduire la complexité dans un environnement hétérogène. S'il est aliéné par un univers homogène, il perd de facto ses qualités d'universalisme et sa capacité à résoudre les problèmes compliqués qui sont le lot des entreprises.

Par ailleurs, l'instantanéité de l'accès à l'information, le partage ouvert et libre  des connaissances etc, sont autant de défis qui commencent à peine à être relevés dans les entreprises et dont l'émergence est alimentée par l'augmentation des volumes d'information à traiter, la délocalisation de pans industriels, la collaboration étendue entre sociétés.

De nouvelles façons de travailler vont émerger, qui induiront de nouveaux modes d'organisation et une manière différente d'utiliser les applications internes.
 Il ne s'agit pas donc pas seulement de disposer d'une bonne solution logicielle qui implique, et c'est fondamental, l'intégration de nombreux outils linguistiques, statistiques et sémantiques et d'extraction automatique de connaissance et la capacité de se connecter à toutes les applications d'entreprise en respectant les droits d'accès et en rapatriant le contexte autour d'une information. Mais il s'agira aussi de savoir traduire en solution logicielle clé en main les enjeux organisationnels et informationnels de l'entreprise.


 

Le moteur de recherche deviendrait un enjeu de gouvernance


Pour prendre un parallèle, je rappellerai qu'un ERP est certes un outil destiné à gérer ses stocks et à faire ses comptes mais tout autant l'outil permettant de mettre en oeuvre de nouvelles règles et de nouveaux comportements, destinés à améliorer l'efficacité de l'entreprise.

De façon analogue, le moteur de recherche en entreprise est d'abord et avant tout l'outil d'accès à l'information et de partage des connaissances, mais cet outil modifiera également en profondeur la manière dont l'entreprise fonctionne.

Ainsi, peu importera d'acheter cette solution chez tel ou tel vendeur de logiciel, intégré ou non intégré. On l'achètera chez le fournisseur qui saura le mieux résoudre ce problème émergent, mais pourtant essentiel pour la gouvernance future des entreprises.


 

"I have a dream..." comme a dit Martin Luther King ou comme aurait dit Google en son temps


Les grands acteurs informatiques, les « powerhouses » comme on les appelle, ont souvent le pouvoir d'imposer leur technologie. Mais l'on vient de voir que la recherche d'information en entreprise est stratégique et ne supporte pas l'à peu près technologique.

Après quelques milliards de dollars d'efforts, Microsoft vient de le reconnaître. Avons-nous oublié les déboires des grandes stars historiques de la recherche sur le web qu'étaient Yahoo ou Altavista, lorsqu'un petit acteur plus performant et pertinent pour les utilisateurs est arrivé sur le marché.

C'était Google, et il a simplement offert le service attendu. Le marché de l'accès à la connaissance en entreprise, très différent par ses enjeux techniques et fonctionnels de son cousin de l'Internet, procède pourtant fondamentalement d'attentes comparables.

Nos clients l'ont bien compris, et ont pu constater à l'usage, que toutes les technologies ne se valaient pas et que les utilisateurs internes étaient prompts à sanctionner un produit inefficace. Pour nombre d'entre eux, le moteur de recherche est devenu la première porte d'entrée vers la connaissance de l'entreprise. Quand on résout ce type de problèmes, ce n'est plus une question de marque ou de taille, c'est une question de savoir-faire.

Autour du même sujet