Quand l’informatique devient verte et responsable

Particulièrement polluants, les matériels informatiques doivent faire l’objet d’une gestion précise d’un bout à l’autre de leur cycle de vie pour permettre leur recyclage ou leur destruction, en respect de l’environnement

Aujourd'hui, personne ne conteste les avancées majeures que les entreprises ont atteintes grâce au développement de l'informatique. Mais, à l'heure des grands chantiers écologiques, qu'en est-il du traitement des déchets et particulièrement des déchets électroniques et électriques qui, plus que tous les autres, constituent comme l'on commence à l'entendre, une véritable bombe à retardement !

 

En effet, la France produit chaque année 1,7 million de tonnes de déchets électriques et électroniques contenant de nombreuses substances dangereuses susceptibles de polluer l'environnement comme le cadmium, le mercure, le plomb, l'aluminium ou le cuivre.

Les déchets de la filière informatique sont parmi les plus nocifs et nécessitent un traitement particulier. Les écrans et les cartes électroniques notamment sont les déchets informatiques les plus polluants et nécessitent des opérations de dépollution spécifiques.

 

Par ailleurs, le rythme de renouvellement des équipements informatiques et électroniques s'accélère un peu plus chaque année. En France, 7,8 millions de PC ont été vendus en 2006 et les prévisions se montent à 8,8 millions pour 2007 !

Les innovations techniques et fonctionnelles amènent entreprises et ménages à faire évoluer leurs équipements sans aller jusqu'au bout de leur durée de vie.  Les produits sont mis au rebut même s'ils fonctionnent encore. Trier et retraiter devient donc absolument nécessaire pour préserver l'environnement.



Conscients de cette problématique, les législateurs européens ont mis en place un plan d'actions ambitieux et ont voté en 2003 la directive DEEE (Déchets des Equipements Electriques et Electroniques) afin d'encadrer la récupération et le recyclage des équipements électriques et électroniques, qu'ils soient professionnels ou ménagers. En France, cette directive est entrée en vigueur le 15 novembre 2006, date à laquelle collecte et retraitement des déchets sont devenus obligatoires.


La filière des DEEE professionnels

Pour les déchets issus d'équipements électriques et électroniques professionnels mis sur le marché après le 13 août 2005, les fabricants (notamment les fournisseurs informatiques) sont tenus par principe de prendre en charge l'organisation et le financement de l'élimination des DEEE en mettant en place un dispositif spécifique d'enlèvement et de traitement. Ils peuvent également prévoir d'autres modalités de gestion avec leurs clients dans le cadre d'un contrat.

Les déchets issus d'équipements mis sur le marché avant le 13 août 2005 sont gérés directement par les utilisateurs de ces équipements ou par les entreprises elles-mêmes.
 
 
La gestion du cycle de vie des matériels informatiques devient stratégique

Pour les entreprises et les administrations, le suivi des équipements informatiques devient alors une nécessité stratégique et incontournable. Dans ce contexte, sous l'impulsion de la direction (direction générale, direction qualité, etc.), les départements informatiques doivent trouver les moyens d'entrer en conformité avec la directive DEEE et cartographier précisément les équipements informatiques de l'entreprise pour assurer leur suivi et leur traitement en fin de vie.

Les solutions informatiques d'IT Management (gestion des parcs et des services informatiques) jouent un rôle de premier plan dans le suivi des équipements. Quel que soit le type de structures, qu'elles soient simples ou complexes, mono ou multi-sites, nationales ou internationales, ces outils permettent d'inventorier automatiquement les matériels informatiques et de gérer de manière centralisée leurs cycles de vie : livraison, installation, déménagement, réparation, mise au rebut, etc.

Ainsi l'entreprise connaît à tout moment les équipements qui composent son parc informatique, leur état de fonctionnement, leur affectation aux collaborateurs, leurs déplacements... jusqu'à leur sortie du parc. Lors de cette dernière étape, on indiquera ce qu'il advient des matériels : mise au rebut, retour au domaine (pour le secteur public), retour au constructeur, etc.

Avec les tableaux de bord générés sur les équipements tracés, les entreprises suivent le cycle de vie de leurs matériels informatiques et prennent les moyens de se mettre conformité avec les directives environnementales.


Les solutions d'IT Management s'inscrivent dans la politique de développement durable de l'entreprise

Ainsi, les solutions d'IT Management agissent non seulement comme un maillon clé de la chaîne de la gouvernance informatique mais participent également à la politique de développement durable des entreprises. Cette politique vient parfois d'une démarche volontaire mais est également encadrée par la loi depuis mai 2001 (loi n° 2001-420 du 15 mai 2001 sur les nouvelles régulations économiques (NRE)).

Depuis l'exercice 2002, les entreprises françaises cotées sur le marché français doivent préciser dans leur rapport d'activité annuel la manière dont elles prennent en compte les conséquences sociales et environnementales de leurs activités.

Il apparaît donc clairement qu'en ce qui concerne les équipements informatiques, la capacité à tracer le cycle de vie des matériels jusqu'à leur mise au rebut est fondamentale dans le cadre de la politique de développement durable des entreprises. Les solutions d'IT Management aident à la mise en conformité avec les directives environnementales, permettent d'éviter les sanctions et participent à la création d'une image écologique volontariste de l'entreprise.

Une fois de plus la technologie répond aux besoins d'évolution et de mise en conformité des entreprises et des administrations !

Autour du même sujet