La GMAO à l’heure du full Web et des RIA

Les entreprises industrielles ne doivent pas considérer qu’il n’existe pas d’alternative aux GMAO classiques, de type client-serveur ou client léger. Certains éditeurs ont choisi d’adopter dès leur sortie les technologies "Web 2.0" et RIA. La GMAO de nouvelle génération existe déjà.

Historiquement, la GMAO est apparue dans les années 1980, sur les grands sites industriels. A l'époque, pas de progiciels, mais uniquement des systèmes développés sur des mainframes centraux. L'ère glacière de la GMAO, en quelques sortes.
 
Les années 1990 voient l'arrivée du client-serveur et des premières offres progicialisées. L'adoption de serveurs robustes et la mise en place de réseaux imposants deviennent alors indispensables pour une entreprise souhaitant utiliser une GMAO de manière optimale.
 
Comme chacun sait, les années 2000 et le développement de l'internet ont poussé les grands familles d'applications d'entreprise vers un modèle « full web », remettant en cause, dans le même temps, le modèle classique de « licence » acquise par les entreprises clientes.

Or, très peu d'éditeurs de GMAO ont suivi cette tendance. Tendance qui, de plus, prend aujourd'hui une nouvelle dimension avec l'arrivée des technologies dites « web 2.0 », qui elles-mêmes ont donné naissance aux RIA (Rich Internet Applications).
 
Déjà très peu présentes sur le modèle Web, les solutions de GMAO les plus anciennes sont, de fait, en train de « rater » une seconde vague d'évolution poussée par l'arrivée de nouvelles solutions utilisant les technologies de développement et de conception, telles qu'Ajax, Flex ou Java Server Faces.
 
Pourtant, les bénéfices d'une GMAO 100% Web sont nombreux.
 
Et, en premier lieu, les bénéfices liés à la nature même d'une application accessible via le web, qui ne sont plus à démontrer : facilité d'installation et de déploiement, meilleure maîtrise des coûts (modèle « on demand »), besoins en infrastructures informatiques plus légers, ou encore évolutivité et montée en version. De plus, tous les développements de nouvelles applications informatiques sont aujourd'hui réalisées en mode full web, signe que ce modèle s'impose naturellement.   
 
Ensuite, les technologies RIA récemment arrivées sur le marché (Ajax, Flex, JSF...) permettent d'enrichir les applications de GMAO d'un point de vue fonctionnel. Par exemple, des flux RSS peuvent être intégrés dans l'intranet de la GMAO, fournissant aux utilisateurs des informations liées à la sécurité, ou à des pannes intervenant sur des sites distants.

Une GMAO full Web peut également intégrer très facilement des services additionnels via des partenaires, comme Google Map, rendant l'application plus conviviale, plus riche et plus performante.  D'une manière générale, une technologie comme Ajax permet d'intégrer très facilement, directement à la GMAO, des fonctionnalités sous forme de « wizards ».
 
Les technologies Web et RIA permettent par ailleurs d'apporter énormément de bénéfices en terme d'ergonomie et de facilité d'utilisation. Plus que tout autre, l'utilisateur de GMAO est quelqu'un qui passe peu de temps devant l'écran, et qui a par conséquent besoin d'une ergonomie et d'une utilisation intuitive particulièrement soignées.

Les technologies de type « Web 2.0 » apportent une réponse très bien adaptée à cet aspect. Et, de plus,  facilitent l'adoption des utilisateurs et la conduite du changement. Les technologies Web 2.0 se mettent au service de l'utilisateur, au sens propre de la formule.
 
Enfin, une GMAO full Web est parfaitement adaptée aux situations de mobilité caractéristiques de l'activité de maintenance industrielle. Une telle solution permet de gérer les interventions de SAV depuis n'importe quel site, à partir d'un simple navigateur internet.
 
Avec autant d'avantages, pourquoi le marché propose-t-il si peu de GMAO 100% Web ?
 
En France, l'offre GMAO est très constellée, caractérisée par un grand nombre d'éditeurs indépendants. Cet aspect fournit un premier niveau d'explication au fait que les solutions de GMAO soient très peu portées sur le web : tous ces acteurs auraient besoin de fournir un effort très important, tant en termes financiers qu'en ressources humaines, pour proposer une version full Web de leur solution. Et étant donnée la taille de ces éditeurs, peu d'entre eux ont procédé à ces investissements.
 
De plus, et comme déjà évoqué, porter une GMAO sur le Web demande des investissements très importants. L'arrivée de technologies comme Ajax ou Flex permettent de franchir un pas très important pour les applications web... mais entraînent dans le même temps la nécessité pour les éditeurs de former leurs équipes de développeurs à ces nouvelles technologies, et/ou de recruter.
 
Ainsi, la plupart des offres existantes sur le marché ne permettent pas aux industriels de bénéficier d'une GMAO moderne, tirant parti des technologies les plus récentes. Cet état de fait est d'autant plus regrettable que les outils et les technologies permettant d'apporter une ergonomie et une richesse fonctionnelle sans égales aux solutions de GMAO existent. Elles ont, de plus, fait leurs preuves dans d'autres domaines fonctionnels et dans d'autres familles d'applications d'entreprise.
 
Pour autant, les entreprises industrielles ne doivent pas considérer qu'il n'existe pas - encore - d'alternative aux GMAO classique de type client-serveur ou client léger. Certains éditeurs ont choisi d'adopter dès leur sortie les technologies « Web 2.0 ». La GMAO de nouvelle génération existe déjà !

Autour du même sujet