Poste de travail et virtualisation, enjeux de demain ?

La virtualisation est plus que jamais au cœur de toutes les attentions des DSI qui, soucieuses de moderniser, fiabiliser, sécuriser et ouvrir leurs infrastructures informatiques, semblent se tourner massivement vers ce type d’approche.

Présent historiquement à de nombreux niveaux comme le stockage, le concept de virtualisation tend à s'élargir et à gagner progressivement de nouveaux périmètres fonctionnels. Ainsi, dans le cadre de sa mutation, la virtualisation est désormais fortement orientée vers le poste de travail.

En effet, enjeu du moment pour les entreprises comme pour les fournisseurs de solutions, la virtualisation du poste de travail ne semble plus se positionner comme un concept mais plutôt comme un must have pour les entreprises modernes. Cet engouement s'explique principalement par l'évolution des usages en entreprise, et par des données orientées amélioration de la productivité et simplicité de déploiement.


Ainsi, au niveau des utilisateurs finaux, l'essor de la mobilité ainsi qu'un environnement économique particulièrement changeant, tend à rendre la flexibilité et l'agilité de utilisateur incontournables : il devient tout aussi important de pouvoir accéder à son espace de travail quotidien et individuel depuis tout poste de travail connecté à Internet que de pouvoir changer très rapidement de logiciels, de versions, de configurations de postes.

Cette flexibilité et cette agilité posent donc de nouveaux défis de changement et d'adaptabilité du SI. La virtualisation apporte une réponse à ces besoins, en effet, la notion de poste physique (station fixe ou portable) laisse progressivement sa place à l'accès à son poste de travail de manière 100 % virtualisée. Cette approche révolutionnaire dans sa manière d'aborder la technologie connaît un grand succès dans la mesure où elle est totalement transparente pour l'utilisateur final et ne bouleverse pas son mode de travail quotidien ! De plus, ce type d'approche permet d'entrer de plein pied dans l'ère du travail collaboratif.

Prenons un exemple tout simple, un collaborateur travaille sur un document en cours sur son bureau, s'absente et souhaite montrer son travail depuis un autre poste de travail, il lui suffira de se loguer à distance et d'accéder à son bureau tel qu'il l'a laissé. Notons qu'un point fort de cette approche est sa simplicité d'utilisation et l'absence de formation nécessaire pour être utilisée par les différentes composantes de l'entreprise. Cette mutation profonde du mode de travail est un complément naturel aux processus de virtualisation traditionnels liés aux applications bureautiques et métiers.

Plus qu'un projet à moyen ou long terme, cette démarche semble désormais se positionner comme profitable dans les entreprises et ce quelle que soit leur taille (du grand compte à la PME). En effet, bien que fondamentalement différentes, elles aspirent à proposer à leurs collaborateurs des solutions flexibles, évolutives et accessibles en tous lieux et sans contraintes techniques. Les différents fournisseurs du marché l'ont d'ailleurs bien compris et investissent significativement dans le développement de ce type de technologies en expliquant à grands renforts de communication que le bureau de demain s'orientera vers un poste de travail totalement virtualisé.

Technologique et culturelle, la virtualisation du poste de travail est un exemple significatif de l'impact des évolutions comportementales. Notons également que l'un des éléments expliquant l'adoption rapide de cette approche s'explique par les réponses qu'elle apporte aussi bien aux utilisateurs finaux qu'aux administrateurs. Aujourd'hui utilisée à grande échelle par certaines structures, notamment au niveau international, la virtualisation du poste de travail devrait rapidement s'imposer sur le devant de la scène et permettre de  lever des barrières importantes, notamment au niveau de la mobilité.

Autour du même sujet