La virtualisation à l’heure de la convergence

Véritable révolution technologique, la virtualisation est reconnue pour ses différentes vertus ! Simplicité de déploiement, modularité, évolutivité, autant d’éléments stratégiques et incontournables pour gagner en productivité et améliorer la qualité de service.

La virtualisation au sens large semble s'inviter à tous les niveaux dans le Système d'Information moderne. Cela n'a d'ailleurs pas échappé à de nombreux observateurs (analystes, consultants...) qui ont largement fait écho de cette tendance. C'est également le cas des acteurs traditionnels du marché tels que VMware  qui a offert lors de sa présentation VMWorld, sa vision de la virtualisation du SI adaptée aux besoins des utilisateurs ; cela se traduit par un ensemble d'applications qui permettent de virtualiser les composantes du SI et de les présenter comme des briques virtuelles (serveurs, postes de travail, sauvegarde, réseau) activable ou non en fonction de la variation des demandes des usagers du SI.

Au regard de ces éléments, l'on comprend parfaitement que la virtualisation va continuer son essor et gagner progressivement de nouveaux champs d'application au sein de l'entreprise. Incontestablement cela apportera des gains importants pour les end users mais attention tout de même à ne pas alourdir les procédures d'administration de ce type de système... En effet, en multipliant les environnements, il va falloir se poser la légitime question de la gestion de ces derniers.

Une multitude de consoles de gestion


Cet élément stratégique doit dès aujourd'hui être pris en considération par les entreprises et fournisseurs de solutions du marché qui doivent absolument focaliser leur attention sur la mise en œuvre d'infrastructures de virtualisation ouverte et permettant de piloter les différents déploiements réalisés depuis un point unique !

La notion de convergence se positionne donc comme une donnée centrale à prendre en compte pour garantir la bonne mise en œuvre des projets et ne pas se retrouver avec une multitude de consoles de gestion venant alourdir le cycle d'administration. Bien entendu, une solution totalement unifiée semble difficilement envisageable à ce jour. En revanche, il incombe aux fournisseurs du marché de préparer l'avenir et d'intégrer dans leur road map cette notion d'unification qui permettra aux directions des systèmes d'administrations et plus particulièrement aux administrateurs de rationaliser au maximum leurs tâches de déploiement et d'administration.

La virtualisation va donc continuer à faire couler beaucoup d'encre et à ouvrir des échanges passionnants à court et moyen terme. Gageons qu'au-delà des nouveautés présentées et de leurs apports fonctionnels dans leurs différents domaines, les problématiques de convergence devraient rapidement s'imposer dans le débat comme une donnée stratégique, synonyme de gain de productivité pour les entreprises. Véritable enjeu pour les fournisseurs, nous devrions donc rapidement assister à une prise de conscience massive de l'industrie et à un recentrage des efforts vers les problématiques d'unification des processus d'administrations.

Autour du même sujet