Le télétravail a le vent en poupe

Le télétravail a longtemps été apprécié pour son côté pratique. En passe aujourd'hui de devenir un impératif, il figure en bonne place dans les priorités et orientations des entreprises.

Pérennité des activités métiers, responsabilité d'entreprise en matière de développement durable, engagement à promouvoir la satisfaction des collaborateurs : les enjeux autour de la mise en place du télétravail ne manquent pas.

Certaines entreprises l'imposent déjà, et dans de nombreux pays, le télétravail bénéficie d'un cadre légal. Ainsi, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à planifier la migration d'une part importante de leurs effectifs vers le travail à domicile. Ce télétravail, qu'il s'inscrive dans un plan de reprise sur sinistre, de pérennité des activités industrielles et métiers d'une entreprise ou qu'il vise à offrir davantage de souplesse aux collaborateurs, est devenu un axe majeur du monde des affaires actuel.

Pour le télétravailleur occasionnel, un PC portable équipé un logiciel VPN est une solution pertinente et éprouvée.  Cette approche offre une meilleure sécurité pour cet utilisateur et son PC portable que la majorité des équipements réseau grand public ou dédiés aux TPE. L'activation, la gestion et la sécurité des services dont dispose les utilisateurs distants sont assurées à l'échelle du centre de données, au sein duquel les services réseau et applicatifs sont centralisés et virtualisés .

Les coûts cachés et la complexité du télétravail

Pour autant, le traditionnel client VPN sur un ordinateur portable ne constitue pas l'outil idéal pour le télétravail lorsque plusieurs services - voix, données et de mobilité- sont activés et que le réseau doit être toujours disponible. Pour optimiser l'expérience du télétravailleur, plusieurs défis restent ainsi à relever :

En premier lieu, l'environnement de travail distant doit être identique à celui du bureau, ce qui implique de se pencher sur plusieurs problématiques. Il est notamment frustrant d'avoir toujours à lancer son client VPN avant de se connecter à son réseau d'entreprise.  D'autre part, les tunnels activés par les clients VPN ne sont pas aussi fiables qu'une connexion fixe et pèsent sur les performances du PC.

Certains équipements tels que les téléphones VoIP et les smartphones ne bénéficient pas de la sécurité d'un VPN et il est donc difficile de leur apporter le réseau voix d'entreprise. Enfin, selon le type de VPN utilisé - IPSec ou SSL -, toutes les applications ne seront pas forcément disponibles pour l'utilisateur. En conséquence, le télétravailleur, en particulier s'il ne dispose pas d'un profil technique, peut se sentir moins connecté à son entreprise que ses collègues classiques.

Au-delà d'un simple VPN, il existe d'autres outils dédiés aux bureaux distants, mais ils impliquent de déployer des routeurs, ce qui rend cette approche plus complexe par rapport à un VPN, tandis que les coûts d'exploitation sont relativement élevés. En effet, pour offrir une connexion voix et données à un télétravailleur ou à un petit site distant, il est nécessaire de configurer le routeur : interfaces WAN, interfaces VPN, services IP, pare-feux, ou encore des réseaux privés virtuels, simplement pour connecter l'ordinateur portable et le téléphone VoIP de chacun des utilisateurs distants.

Face à ces carences, il devient nécessaire d'imaginer une solution capable de fournir aux télétravailleurs un service disponible 24h/24, et aussi conviviale qu'un VPN.

Un réseau virtualisé pour les agences, succursales et télétravailleurs

L'idée d'un VPN dans un boîtier existe depuis longtemps, mais se concrétise au sein d'un routeur, et donc avec la complexité de ce routeur et la nécessité d'en déployer un sur chaque site distant. L'infrastructure d'accès se révèle alors couteuse et peu évolutive lorsqu'il s'agit de prendre en charge un nombre important de télétravailleurs. D'autre part, cette approche ne bénéficie pas de la simplicité d'une gestion et d'une sécurité centralisées, tel que proposé par un VPN administré à partir d'un centre de données.

A l'instar d'un VPN, mais contrairement à un routeur pour site distant, un réseau distant virtualisé est administré de manière centralisée. La sécurité et le chiffrement, le monitoring de chaque utilisateur et la gestion des règles pour les utilisateurs et les applications sont centralisées au sein du centre de données. Des points d'accès économiques (filaires ou sans fil) offrent une connexion sécurisée des utilisateurs vers le centre de données. Les services de données ou de voix, ainsi que les réseaux pour invités sont activés en une seule fois, puis simplement mis à disposition des nouveaux utilisateurs et bureaux distants. Point essentiel : l'expérience du télétravailleur est similaire à celle vécue au sein d'un siège social.

L'adoption généralisée du travail distant oblige les entreprises à revisiter leur modèle informatique, sans pour autant augmenter les coûts puisque le télétravail est sensé être un vecteur de maîtrise des coûts. La virtualisation et la centralisation des applications sont des pratiques désormais courantes. Il est désormais temps de faire de même pour les réseaux distants, plutôt que de continuer à compter sur le traditionnel et coûteux modèle du routeur distant.

Autour du même sujet