Logisticiens, profitez de la crise pour valoriser vos talents !

La supply chain est le talon d’Achille des industriels en période de récession. Mais cette faiblesse peut devenir un réel avantage concurrentiel et un moyen de réduire les coûts.

En période de crise économique, les équilibres sont revus. La demande devient de plus en plus imprévisible, complexifiant le travail de prévision. Les grands groupes industriels qui connaissent une baisse de la demande doivent souvent revoir leur processus de production.

Pour réduire leurs coûts ces entreprises ont plusieurs stratégies possibles : revoir leurs fournisseurs de matières premières, délocaliser ou fermer une ou plusieurs de leurs usines ou encore externaliser totalement la production à des tiers. Dans tous les cas, c'est toute la supply chain qui est affectée. Ce type de décision demande une très grande flexibilité si l'on ne veut pas que ce changement de modèle de production et d'approvisionnement n'affecte la performance de l'entreprise, c'est-à-dire sa capacité à répondre à la demande des clients finaux et des distributeurs.

De plus, le directeur de la supply chain doit tenir comptes de nombreux autres facteurs liés à la stratégie de l'entreprise et de son écosystème : stratégie de réduction de son empreinte carbone, dépôt de bilan d'un fournisseur, nouvelles contraintes règlementaires, situation de crise, etc.

Autant de facteurs qui complexifient la gestion de la supply chain en temps de crise économique. Alors comment la supply chain peut-elle améliorer la performance globale de l'entreprise tout en réduisant les coûts ?

Voici 5 recommandations pour y parvenir :

  1. Intégrez tous vos partenaires dans vos processus d'aide à la décision : un fabricant de produits est par nature assez éloigné de son client final en raison des intermédiaires de distribution. Il est donc assez difficile d'anticiper la demande et donc d'optimiser sa production. Renforcez votre relation et augmentez vos échanges avec les autres services de l'entreprise (marketing, ventes, etc.), les distributeurs et les partenaires pour augmenter vos indicateurs d'aide de prise à la décision. Ainsi, vous adapterez mieux vos approvisionnements et votre production à la demande et réduirez vos coûts de stockage.

  2. Créez un worflow de processus pour capitaliser sur l'existant et ne pas perdre le savoir : le savoir faire de l'entreprise tient à celui de ces équipes. Exploiter un outil informatique de workflow est un élément indispensable pour conserver les bonnes pratiques et le savoir faire des équipes et faire face au turnover.

  3. Capitalisez sur la supply chain pour améliorer les lancements de produits : selon une étude AMR de 2008, 50 % à 80 % des lancements des nouveaux produits sont des échecs. Aujourd'hui les entreprises n'ont pas assez de métriques pour évaluer si les produits qu'elles lancent sont bien ceux qui rapportent le plus à l'entreprise. La supply chain peut devenir un talon d'Achille dans le lancement d'un produit si elle n'est pas intégrée dans la stratégie globale du lancement. Il faut donc dans un premier temps analyser les lancements passés au niveau de la supply chain pour distinguer les stratégies qui ont fonctionné de celles qui ne l'ont pas puis créer différents modèles/scenarii de lancement et pour pouvoir s'adapter au mouvements du marché et à l'évolution du produit dans son cycle de vie.

  4. A chaque produit ou service sa supply chain : quand on vend des produit, il faut être capable de fournir un ou plusieurs services associés. Les approches traditionnelles tendent à adopter la même stratégie de supply chain pour les produits et les services. Pourtant, les tendances de prévisions entre produits et services sont tout à fait différentes. En adoptant des processus spécifiques, la direction de la supply chain peut trouver une autre solution pour réduire ses coûts et trouver dans ses méthodologies un réel avantage concurrentiel.

  5. Communiquez sur les économies potentielles et réalisées ! Améliorer les prévisions est un moyen d'optimiser la supply chain de façon durable et donc la performance globale de l'entreprise. Cela demande de placer la SCM au niveau des points sensibles de l'entreprise. C'est le moment pour le supply chain Manager de valoriser sa dimension stratégique au sein de l'entreprise. En effet, dans le contexte actuel, celui-ci peut démontrer ses capacités de fin gestionnaire financier et trouver des moyens innovants pour transformer coûts fixes en couts variables (juste à temps, externaliser les plateformes logistiques, etc). L'objectif étant de gagner de la flexibilité pour mieux maitriser les couts. Alors évaluez les économies que vous pouvez faire réaliser à l'entreprise et faites-le savoir à la direction générale !

Autour du même sujet