Comment maîtriser l’ensemble des paramètres des datacenters en termes d’efficacité globale d’entreprise

Le pilotage en temps réel des équipements déployés dans le centre de données représente un projet complexe, pour lequel tout retard ou imprécision provoque des effets dévastateurs sur l’efficacité et la réputation de l’entreprise.

Maîtriser les coûts d’exploitation par une meilleure connaissance et gestion des capacités disponibles, réduire la consommation d'énergie, tirer un meilleur parti des infrastructures telles celles du réseau, mieux structurer et connaître le placement  des équipements informatiques, garantir la continuité de service et un haut niveau de sécurité : tels sont les défis auxquels font face aujourd’hui les DSI. Ils se positionnent ainsi désormais au cœur des prises de décisions stratégiques de l’entreprise, en synergie avec l’ensemble des acteurs, y compris ceux des services généraux.

Souvent vu comme un centre de coûts dans le passé, le datacenter (centre informatique) est aujourd’hui devenu un actif stratégique pour l’entreprise. Le pilotage en temps réel des équipements déployés dans le datacenter représente un projet complexe, pour lequel tout retard ou imprécision provoque des effets dévastateurs sur l’efficacité et la réputation de l’entreprise.

Ce pilotage passe par une notion essentielle : celle de l’urbanisation - gérée en continu et en mode projet - du datacenter. Il s’agit bel et bien, comme dans les applications des systèmes d’information géographique, de “cartographier” l’existant pour pouvoir mieux gérer les évolutions connues… et celles prévisibles.

Une révolution dans les comportements... Mais une évidence technique
La notion d'urbanisation gérée en continu et en mode projet des datacenters est, à quelques rares exceptions près en France, radicalement nouvelle. Ce constat s'appuie notamment sur une "exception culturelle", à savoir la dichotomie qui caractérise les liens entre les services généraux et la DSI au sein des entreprises. Les SG, qui ont la responsabilité des domaines relatifs à l'énergie et à la climatisation, n'entretiennent généralement que peu de relations avec les responsables informatiques, lesquels pourtant exploitent parfois des datacenters équivalents en énergie à des villes de moyenne importance !
 
Les causes associées à cette problématique en France sont :
- Les métiers de l'exploitation des infrastructures techniques ne sont pas bien définis,
- Il n'y pas ou peu d'espaces d'échange et de communication dédiés sur des objectifs communs,
- Les formations spécifiques sont rares et incomplètes,
- Les bases de référence sont déconnectées les unes des autres.
 
Se focaliser sur le PUE (Power Usage Effectiveness), le rapport entre l'énergie consommée par le datacenter et l'énergie nécessaire au fonctionnement des serveurs ? Oui bien sûr, mais cette seule question ne se suffit pas à elle-même... L'urbanisation demande à prendre à compte bien d'autres éléments de performance : le taux d'occupation de la salle, la densité des baies, la production-distribution du froid, les secours électriques, etc.

Définir, mesurer et piloter des paramètres aussi nombreux que cruciaux  
En termes de périmètre, un datacenter peut être une salle, un étage... voire un bâtiment entier. Regroupant une multitude de machines et d'équipements, le datacenter est devenu le centre nerveux des processus d'entreprise, et l'importance vitale des informations qu'il contient et de son fonctionnement permanent impliquent la mise en œuvre de systèmes de prévention contre l'incendie, d'une alimentation électrique d'urgence et redondante, ainsi que d'une sécurité physique élevée (télésurveillance, détection d'intrusion, etc.).
 
Dès lors que l'on décide de cartographier et piloter un datacenter, un certain nombre de principes s'appliquent : tout d'abord ne pas positionner les équipements informatiques sans une analyse technique et capacitaire précise, incluant par exemple une implantation suivant des espaces en zones à faible, moyenne, haute et très haute densités. Et surtout, ne pas dresser un état des lieux approximatif de six mois en six mois, mais tenir continuellement à jour une cartographie exhaustive des équipements et des infrastructures techniques. Ceci, non seulement pour pouvoir simplifier, optimiser, rendre plus flexible en continu, mais aussi pour mieux transformer et investir.

Les paramètres à contrôler ne manquent pas :
- Climatisation (précision et stabilité),
- Unités de distribution de l'énergie,
- Bloc d'alimentation d'urgence, unité de secours,
- Système d'alerte d'incendie,
- Extinction automatique des incendies,
- Vidéosurveillance,
- Contrôle des accès, ainsi que sécurité physique,
- Surveillance 24x7 des serveurs dédiés et des équipements télécoms,
- Qualité et performance des liaisons réseaux (débits, bandes passantes, etc.),
- ....
 
Si le catalogue des produits "dédiés" au monitoring de tel ou tel paramètre est indiscutablement très étoffé, il n'en demeure pas moins qu'il est pratiquement impossible d'identifier une solution proposant une approche globale de cette problématique de pilotage.
 
Quels outils ? Pour quels résultats ? 
Tant en termes d'énergie que de déploiement d'équipements, les outils techniques associés à la gestion des infrastructures techniques et de câblage ne manquent pas sur le marché. Leur efficacité est malheureusement contrebalancée par leur disparité et par la difficulté qu'il y a, de ce fait, à établir (et harmoniser) une cartographie détaillée et globale des moyens que l'on désire piloter.

Mais ces outils de "premier niveau", même s'ils étaient standardisés, ne répondraient pas à la question essentielle dans la démarche d'urbanisation : comment exploiter leurs données en matière de gestion des changements et restituer, à tout moment, une synthèse pertinente en fonction de chacun des projets de la DSI ? Autrement dit : comment maîtriser à coup sûr les interactions et les impacts du déroulement d'un changement sur tous les éléments ?
 
Les témoignages des DSI ayant tenté de déployer de tels outils ponctuels sont marqués par un sentiment d'insatisfaction et de frustration. Une réelle demande existe pour une solution capable d'adresser tous les "objets" du datacenter, sur un spectre élargi, et pouvant offrir au DSI l'ensemble des éléments de compréhension qui permettront à la fois d'étayer ses projets, de prendre des décisions pertinentes et de fournir à ses équipes des informations précises de mise en œuvre. Avec enfin une réponse à une double question lancinante que se posent tous les DSI : "Suis-je efficace dans ma configuration actuelle et suis-je prêt pour les déploiements à venir ?"

Autour du même sujet