Mobilité : une brique du SI à penser et construire en tant que telle

L’effervescence actuelle des acteurs de la "planète mobilité" intéresse, passionne, agace, mais ne laisse pas indifférent. La profusion des annonces logicielles et matérielles et la croissance des ventes de smartphones animent ce secteur technologique en pleine ascension.

En entreprise, des solutions mobiles existent depuis plusieurs années, que ce soit en utilisant son ordinateur portable (gestion commerciale) ou son EDA (Enterprise Digital Assistant) pour la saisie de données sur le terrain. Mais l'évolution technologique des réseaux de communication et la démocratisation des terminaux ouvrent les portes à de multiples applications professionnelles. Le système d'information "anytime, anywhere" devient une réalité. Cependant, des questions stratégiques se posent :

Quelle est la population des utilisateurs ciblés ?

Connaître le profil des utilisateurs de la future application va influencer sur le choix d'un terminal et donc sur la plateforme de développement. Les utilisateurs de terrain travaillant en extérieur sur des terminaux durcis utilisent principalement des applications client lourd sur la plate forme Microsoft Windows Mobile, alors que les personnes possédant un « smart phone » professionnel ont accès à une gamme plus large de terminaux et notamment de systèmes d'exploitation.

Quels types d'application, native ou client léger ?

Cette question reste un point majeur dans le choix d'architecture de l'application. Le client léger nécessite une connexion réseaux permanente, mais l'application native continue à fonctionner en mode déconnecté en réalisant sa propre persistance des données avec des performances nettement meilleures et indépendantes de la bande passante du réseau. La gestion de la synchronisation des données entre le terminal et le serveur reste un point crucial.

Quid de l'ergonomie ?

L'intégration de HTML5 et CSS3 aux navigateurs embarqués combinée aux frameworks open source jquery et phonegap notamment, permet de créer des applications web à destination d'un terminal avec une ergonomie très proche d'une application native. Les utilisateurs ne se trouvent pas désorientés et les fonctionnalités de leur terminal sont exploitées : intégration de la charte ergonomique proposée par la plateforme, gestion de l'orientation du terminal, de la géolocalisation,...

Quelle plate-forme choisir ?

Dans le cas des terminaux durcis, la réponse est assez simple, le principal OS disponible sur ce type de matériel est Microsoft Windows Mobile 6. Pour les terminaux grand public, le choix est plus complexe : les applications natives sont spécifiques à un système d'exploitation voir une version de celui-ci. Or, les applications client léger sont dépendantes du navigateur embarqué et de son niveau de compatibilité avec le HTML5, CSS3 et Javascript.

Malgré l'émergence d'outils tels que Titanium de Appcelerator permettant de créer une application à destination de plusieurs plateformes et donc de terminaux différents, vouloir cibler un maximum de terminaux est ambitieux et complexe.

Quelle solution de déploiement pour les applications métiers ?

Après un ciblage grand public des principales plateformes disponibles, les éditeurs proposent des solutions de déploiement intra-entreprise permettant de s'affranchir des marketplaces de diffusion grand public des applications. Au sein d'une même entreprise, le choix d'un type de smartphones doit se faire aussi en imaginant qu'il puisse être utilisé par des applications métiers ce qui facilitera les développements futurs. Par ailleurs, une application mobile est un projet spécifique à part entière qui est une porte d'accès sensible au système d'information, ce n'est pas une simple adaptation d'une application existante : il faut donc avant tout penser mobile.

Autour du même sujet