Le réseau comme première étape vers une entreprise plus verte

Un réseau efficace ne transforme pas seulement votre entreprise, il peut aussi permettre de réduire son empreinte carbone.

L'un des grands dommages du ralentissement économique a été le recours, dans l'informatique des entreprises, à une approche à grande à échelle nécessitant beaucoup de fonds propres. Pendant plusieurs décennies, les entreprises de toutes tailles ont géré leur propre système en interne, avec des serveurs rangés dans des placards, et leurs responsables informatiques s'occupaient de tout, de la sécurité des réseaux à l'entretien des imprimantes.

Il y a quelques années encore, cette organisation aurait été parfaitement normale. Cependant, aujourd'hui, elle semble peu économique et inefficace, d'autant plus que les taux d'utilisation des serveurs présents au sein d'une entreprise sont évalués à moins de 20%. A mesure que la majeure partie du continent européen enregistre un retour à la croissance économique, il semble peu probable que les organisations reviennent à d'anciens modes d'organisation, particulièrement en ce qui concerne l'informatique. Et cette tendance ne peut être qu'une bonne chose pour leur empreinte carbone.

Dans tous les domaines, de l'informatique à l'espace de bureau, les modèles basés sur le service sont là pour durer, pour la simple raison qu'ils sont de bon sens. Ils permettent de réduire le gaspillage et ils garantissent que les excédents de capacité soient utilisés ailleurs - et en retour, cela garantit que l'excès d'émission de carbone soit minimal.

Les réseaux d'entreprises sont d'excellents leviers pour un tel changement. En effet, les services administrés de réseau ne permettent pas seulement aux entreprises de payer uniquement pour le stockage et la capacité de serveur dont ils ont besoin mais ils signifient aussi qu'elles peuvent se passer, au sein de leurs locaux, d'équipement inefficace et consommateur d'énergie. Cette approche "pay-as-you-go" ne permettra pas seulement de réelles réductions de coût mais les taux d'utilisation améliorés apporteront aussi des avantages considérables pour l'environnement.

Et les avantages écologiques d'un réseau efficace ne s'arrêtent pas là. En effet des réseaux solides ne permettent pas seulement de réduire une grande part des besoins en équipements au sein des entreprises, ils peuvent aussi constituer une base pour de nouvelles approches de l'informatique, tels que les SaaS (logiciel en tant que service), qui permettent aux entreprises d'acheter et d'utiliser uniquement le logiciel correspondant de façon précise à leurs besoins et qui leur est fournit via le réseau.

Un réseau solide peut aussi être utilisé comme un instrument de flexibilité ou permettant le travail à domicile, ce qui réduit ou supprime complètement la nécessité des employés de se rendre au bureau. Cela donne aussi lieu à des outils de collaboration innovants telle que la téléprésence administrée.

La téléprésence offre la possibilité de réduire la production de carbone des grandes entreprises, peut-être plus que n'importe quelle autre technologie actuellement disponible. En remplaçant ne serait-ce que la moitié de ses voyages d'affaires en avion par des réunions réalisées sur le principe de la téléprésence, une entreprise mondiale peut réduire, chaque année, son empreinte carbone de milliers de kilos. NDS, fournisseur de technologie pour les opérateurs de télé payante, vient juste de faire le choix de cette solution : elle a installé 30 suites de téléprésence à travers le monde. Elle estime que ce projet a déjà permis d'économiser des dizaines de millions de dollars de billets d'avion, équivalents à des millions de kilos de carbone.

Et si la téléprésence offre la possibilité d'impacter l'empreinte carbone d'une entreprise, elle est aussi un outil business considérable, ce qui fait d'elle une solution très avantageuse. En France, ce sont deux acteurs majeurs qui ont récemment fait le choix de la téléprésence avec succès. Easynet a ainsi équipé EDF et le Crédit Foncier avec sa solution MVM, et permis à des équipes géographiquement dispersées de travailler plus efficacement, tout en réduisant considérablement les coûts de transport et la taxe carbone.

Proposez à un directeur financier une solution de téléprésence qui permette à son entreprise d'enregistrer des économies de 10 000 kilos de CO2 chaque année et vous avez toutes les chances qu'il ou elle décline poliment votre offre. Présentez-lui un projet de téléprésence qui fera économiser à son entreprise 500 000€ chaque année grâce à une diminution des voyages en avion de ses cadres et il est fort probable qu'il ou elle soit beaucoup plus intéressé(e) par l'idée. Les initiatives vertes auront du succès si elles peuvent aussi améliorer le monde du business, et l'informatique peut fournir des opportunités pour que cela soit le cas.

Les réglementations environnementales mondiales, toujours plus complexes, impliquent qu'aucune entreprise ne peut se permettre d'ignorer son empreinte carbone. Toutefois, dans un contexte économique difficile, les initiatives vertes doivent être favorables aux entreprises et non l'inverse. Elles doivent encourager la responsabilité sociétale des entreprises, défendue par le Ministère français de l'Ecologie, de l'Energie et du Développement Durable.

En commençant à agir sur leur réseau puis sur d'autres outils, les entreprises peuvent révolutionner leur façon de travailler et minimiser en même temps leur production de carbone. Les réseaux administrés eux-mêmes peuvent permettre d'économiser à la fois de l'argent et des émissions, tout en posant les fondations d'une nouvelle technologie qui permet d'améliorer radicalement l'efficacité énergétique. Qu'ils soient un projet majeur de téléprésence administrée ou qu'ils correspondent à une simple mise en oeuvre de systèmes d'éclairage intelligents, les réseaux administrés devraient soutenir le mouvement des entreprises modernes vers la durabilité.

Autour du même sujet