Top 5 bonnes pratiques pour une mise en oeuvre efficace des data centers

En matière de connectivité des centres de données, la capacité et la sécurité sont des priorités premières. Le point sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour réussir son projet.

Les objectifs actuels en matière de conformité et de services client nécessitent une connectivité sûre et fiable. Aussi n'est-il pas surprenant que les entreprises revoient leurs stratégies en matière de centre de données. Elles se concentrent sur les moyens de satisfaire de manière économique la demande en capacités accrues de traitement et de stockage tout en renforçant la résilience.

Dans de nombreux cas, l'éloignement des centres de données connectés rend nécessaire un réseau longue distance unique transportant le trafic du stockage et du réseau local. Cela est particulièrement vrai aujourd'hui, puisque les centres de données des cinq continents se transmettent de grandes quantités de données de fuseau horaire en fuseau horaire pour offrir en permanence aux clients les informations à jour. Bien qu'ils soient capables de gérer un trafic de jusqu'à 100 gigaoctets chaque jour, les réseaux IP perdent des données au-delà de cette vitesse. Ils sont de ce fait souvent inappropriés pour la connexion des cœurs de réseau reliant les centres de données sur de grandes distances.

5 bonnes pratiques pour une mise en œuvre efficace :


1)      Un outil à la hauteur de la tâche

Parce qu'il existe de nombreuses architectures système pour la connectivité des centres de données, il est important de choisir la solution qui répond à vos exigences spécifiques. Quelles applications votre centre de données prend-il ou prendra-t-il en charge ? Quelle est l'importance de la vitesse et de la latence pour vos applications ?
Il est essentiel que la solution réponde aux besoins des applications, et non l'inverse. Les exigences de la réplication en mode actif-actif haute performance sont différentes des méthodes asynchrones et requièrent une approche « sur mesure ». Il n'y a pas de taille unique.

2)      Êtes-vous virtualisé ?

L'apparition des infrastructures virtualisées nous amène à repenser les besoins de connectivité des centres de données. La migration en direct vers des machines virtuelles entre centres de données entraînera un besoin de capacité supplémentaire considérable. De plus, l'interconnexion IP ne répondra pas spécifiquement aux besoins d'une migration en direct vers des machines virtuelles ; la connectivité de couche 2 est plus appropriée à cet effet. Cela signifie qu'une solution simple, fiable et à haute capacité est nécessaire pour suivre le rythme d'adoption de la virtualisation sans subir les vulnérabilités de l'Ethernet et les limitations qu'impose la connectivité IP.

3)    La vitesse est importante : ne pas la ralentir

Parce que beaucoup d'applications de centre de données sont sensibles à la latence, un réseau à haute capacité et à faible latence est essentiel. L'emplacement des sites est critique lui aussi : le clustering géographique pour le fonctionnement en mode actif-actif exige une prise en compte scrupuleuse de la latence entre sites partenaires. En effet, même sur des distances métropolitaines, la latence peut devenir problématique si l'on ne choisit pas la meilleure architecture réseau. Il peut être utile de 'mettre à plat le réseau étant donné que les protocoles (et matériels) hiérarchisés en couches aggravent la latence. Bref, il convient de faire simple.

4)      La distance n'est pas toujours un obstacle

La réplication du stockage à distance est importante dans le cadre de nombreuses stratégies de centre de données, en particulier parce que Fibre Channel est un protocole sensible à la distance. Des alternatives à Fibre Channel sont disponibles au niveau de la couche IP, mais elles ne sont pas exemptes de problèmes. Côté applications, les techniques d'atténuation de la distance constituent une approche onéreuse. Il est donc plus judicieux d'utiliser la couche transport pour étendre la portée de manière efficace.

5)      Sécuriser vos données dynamiques

La sécurité des données est un souci majeur de nos jours. Il existe de nombreuses stratégies pour sécuriser les données statiques, mais il est peu intéressant de sécuriser les données au sein du centre de stockage si elles sont vulnérables pendant leur transfert entre sites. Le chiffrement au niveau de l'application peut quant à lui se révéler coûteux et difficile à gérer. Le chiffrement de couche optique est donc la solution rentable pour sécuriser TOUTES les données transitant entre les centres de données.


Il est possible de rendre les stratégies de centre de données plus sûres et moins coûteuses en construisant un unique réseau longue distance pour transporter le trafic de stockage et de réseau local (LAN). Le transfert de données sur de longues distances doit être rapide, sûr et efficace et répondre aux besoins du client. Les solutions réseau de Ciena prennent en charge n'importe quelle combinaison d'applications entre sites en acheminant tout le trafic de manière hautement performante, sans perte de paquet et avec un faible pourcentage de latence fixe.

Autour du même sujet