Et si nos appareils électroniques nous faisaient perdre la bataille énergétique

A l'heure où les questions d'énergie sont au cœur des préoccupations, il serait peut être temps de remettre en cause notre manière de consommer nos petits gadgets préférés et d'adopter des gestes éco-responsables.

Saviez-vous qu'un téléphone portable consomme en moyenne autant d'énergie qu'un avion sur 57 km, génère autant de gaz à effet de serre qu'une voiture essence sur 85 km ou encore qu'il détruit la couche d'ozone à hauteur de 0,36% de notre impact quotidien ? Et que la tablette digitale à la pomme a un coût calculé de 130 kg équivalent carbone ? Quant aux ordinateurs et autres portables, ils peuvent avoir un coût calculé de 1015 kg équivalent carbone (*).


Ce ne sont peut être que des estimations, mais elles permettent déjà de se rendre compte que malgré leur petite taille, leur légèreté et leur utilité, ces outils ne nous aident pas à améliorer notre impact sur l'environnement.


Que faire ? Les bannir de nos vies ? Mais qui aujourd'hui pourrait se vanter de ne pas avoir besoin de son téléphone mobile, de son ordinateur portable voire de sa tablette digitale nouvelle génération ? Très peu d'entre nous. Et pour cause, ces appareils nés des nouvelles technologies sont devenus indispensables à notre quotidien, que se soit pour le travail ou pour nos loisirs. Pourtant à l'heure où les questions d'énergie sont au cœur des préoccupations, il serait peut être temps de remettre en cause notre manière de consommer nos petits gadgets préférés et d'adopter des gestes responsables en matière de consommation énergétique.

 

En premier lieu, remettons en question la durée de vie de nos compagnons high-tech. En moyenne, on change de portable minimum tous les ans, influencés par les opérateurs qui nous charment avec nos points fidélités et/ou pour les fabricants qui tous les 6 mois nous proposent une nouvelle version, plus ergonomique, plus cool, plus et plus encore... En remplaçant notre mobile tous les 24 mois, on peut déjà réduire notre impact, et si on recycle l'ancien, la note baisse significativement. Geste que l'on peut appliquer à tous nos appareils : portables, tablettes, ordinateurs etc....

 

Ensuite, examinons nos habitudes de recharge. Combien d'entre nous rechargent leurs appareils durant des heures et des heures ? Une grande majorité. Avec les progrès que les fabricants ont réalisés ses dernières années en matière de batterie, il n'est plus nécessaire de charger toute une nuit son téléphone, parfois en une ou deux heures les batteries sont rechargées. Par contre, il faut éviter d'utiliser les portables comme radio ou lecteur MP3, dans ces cas-là les batteries se déchargent très vite...

 

Enfin, la plus grosse dépense d'énergie qui mérite que l'on modifie radicalement nos comportements reste l'arrêt de fonctionnement de nos ordinateurs et portables. Une étude a récemment montré qu'un ordinateur laissé allumer inutilement pourrait coûter entre 19 et 30 euros par an par salarié. Outre, la somme excessive que représente ce geste, l'empreinte écologique est elle aussi énorme. Il est donc indispensable de modifier radicalement son comportement face à la consommation de nos « charmants » ordinateurs.


Tout d'abord, il est important d'éteindre son ordinateur (UC + écran) dès que l'on pense ne pas l'utiliser pendant au moins 1 heure et demie ; on peut également éteindre son écran (gros consommateur d'énergie) pour plus de 20 minutes d'absence à son poste de travail. Cependant, dans certaines grandes entreprises, il est demandé aux salariés de ne pas éteindre leur ordinateur afin que le service informatique puisse effectuer les mises à jour sur l'ensemble du parc. Par conséquent, et indépendamment de la volonté du salarié, l'ordinateur est en pleine consommation. Pour pallier à ce cas de figure, de plus en plus répandu, des solutions de gestion intelligente pour la consommation d'énergie des parcs informatiques existent. Elles permettent ainsi aux grandes entreprises de réduire l'empreinte écologique de leurs activités humaines et diminuer l'impact environnemental de l'informatique, en réduisant la consommation électrique de leur parc informatique sans impacter l'utilisateur final et, par conséquent, sans nuire à l'activité de l'entreprise.

 

Les astuces pour réduire la consommation d'énergie sont nombreuses et pas mal de solutions existent pour nous aider à réduire notre impact environnemental lié à l'usage des appareils technologiques, cependant elles ne peuvent être efficaces que si l'on décide de les utiliser mais surtout de modifier nos comportements. Sans un effort réel de chacun, nos gadgets si précieux, pourraient peut être demain nous coûter plus cher qu'une simple facture d'électricité.

 

Pour évaluer l'impact de son téléphone portable : http://www.ademe.fr/internet/telephone-portable/site-web/

 

(*) Estimation calculée sur l'ensemble du cycle de vie des appareils (fabrication, utilisation, fin de vie)

Autour du même sujet