Assurances : l’externalisation informatique réclame un degré de confiance élevé avec le partenaire

Dans l'assurance, l'externalisation concerne la prise en charge complète de processus métiers non stratégiques, la gestion des remboursements ou des encaissements notamment.

A l’instar des entreprises industrielles, les banques et assurances tendent à externaliser la gestion de leurs systèmes informatiques. En effet, la production informatique s’appuie sur des technologies en perpétuelle évolution et dont le cycle de vie s’accélère. En confiant la production informatique à des fournisseurs de confiance, les assureurs bénéficient de systèmes informatiques aux performances actualisées et réalisent des gains conséquents sur le coût de leur système d’information.


La démarche d'externalisation s'inscrit dans un programme d'optimisation globale de la fonction du SI. D'après les études Gartner et nos retours d'expériences auprès des grandes banques et assureurs français, la réduction moyenne des coûts informatiques peut atteindre jusqu'à 20% !

 

A la suite des différentes opérations de rachat et fusion, il est fréquent que les assureurs se retrouvent à utiliser de nombreux systèmes de gestion de polices, difficiles à consolider. Le premier impact de l'externalisation est la rationalisation des systèmes informatiques utilisés pour gérer les dossiers.

 

Dans l'assurance, l'externalisation concerne la prise en charge complète de processus métiers non stratégiques. Ainsi, la gestion des remboursements ou des encaissements. Cette démarche réclame un degré de confiance élevé entre l'assureur et son partenaire car les contrats peuvent courir sur de très longues périodes, notamment dans l'assurance vie. En conséquence, les assureurs s'appuient sur des partenaires choisis pour leurs capacités à être pérennes.

 

Les relations sont basées sur des niveaux de services définis entre l'assurance et son partenaire, traduisant ses besoins en matière de disponibilité, de continuité opérationnelle, de réactivité dans le traitement des demandes et des incidents. Le contrat de services (ou SLA) signé entre les parties, fixe les valeurs des indicateurs qui en résultent, ainsi que les modalités de gouvernance, d'organisation, et les termes financiers.

 

Afin que l'externalisation puisse apporter le degré de confiance exigée par la gestion de systèmes informatiques supportant des contrats durant plusieurs années, nous recommandons aux assureurs de sélectionner en priorité des fournisseurs géographiquement proches ou en nearshore. Même dans l'informatique, la proximité garde un sens !

 

La relation s'inscrit alors dans la proximité culturelle, linguistique, géographique, et permet de créer un partenariat pérenne et à haute valeur ajoutée.

Autour du même sujet