Echec des projets SOA : quelles leçons en tirer ?

Il est temps de rompre avec la logique: Un BESOIN = Une APPLICATION avec des données répliquées à partir des applications existantes, d’une architecture « accidentelle » à une architecture planifiée.

Durant ces 3 dernières années, j’étais amené à porter conseil à plusieurs entreprises qui se sont lancées dans un chantier d’urbanisation et surtout chercher la flexibilité du SI à travers une architecture SOA. Ce que j’ai constaté c’est que les responsables de mission de la DSI ont bien compris le concept mais malheureusement, chacun l’a pratiqué dans ces projets (bloc), en se retrouve donc dans le même couplage fort qu’avant .
Je conseil toute DSI qui veut se lancer sur ce type de chantier de désigner un urbaniste SI qui orchestra et pilotera la mise en place de l’architecture du SI et sera le point de collaboration entre les différentes entités et garant de la réussite de la collaboration entre la MOA (processus) et la MOE (services).
Pour avoir un système d’information intégré, il faut arrêter de construire des applications qui sont spécifiques à une petite classe d’utilisateurs.
À la place, il faut construire un et un seul système d’information d’entreprise qui soit aligné avec les concepts premiers de l’entreprise considérée dans son entier et surtout ne pas se réfugier dans un point de vue purement technique, le SI ne sera plus construit comme aujourd'hui mais assemblé à partir de composants métier de manière à créer de nouveaux processus. Il sera bien plus orienté Business Process que IT.
Les promesses d’agilité, de réutilisation et de pérennité du patrimoine applicatif, ne seront tenues que si la transformation est encadrée par une gouvernance rigoureuse et adaptée.

SOA = Une Urbanisation pragmatique avec une finalité pratique et concrète.

Autour du même sujet