ALM (Application Lifecycle Management) : Une application agile pour gérer le cycle de vie d’un projet

Les entreprises adoptent de plus en plus souvent une démarche « agile » de transformation des applications de leurs systèmes d’informations. Cette démarche s’est traduite par le développement de plusieurs applications annexes afin de répondre aux objectifs métiers.

La souplesse de cette démarche implique une forte communication entre ces applications, utilisées tant par les représentants métiers que les équipes de développement.
Cette démarche structure et génère de nouveaux besoins d’organisation. Ainsi elle implique de gérer et suivre tous les projets, d’avoir une vision en temps réel sur le processus de mise à disposition et  de réduire les coûts. Elle permet enfin de faciliter la collaboration et la communication entre les équipes métier, de développement, de test mais aussi d’exploitation et de maintenance d’une même entreprise.
Par ailleurs, la transformation des applications s’inscrit dans une démarche de qualité qui garantit prévisibilité, reproductibilité et agilité du début à la fin du cycle de vie de ces applications.

L’application LifeCycle Management en elle-même. L’ALM se fonde sur la gestion de toutes les phases du cycle de vie d’un projet, de la définition du cahier des charges jusqu’au déploiement et la maintenance de l’application. Trois grands piliers identifient le processus ALM : la gouvernance pour piloter son patrimoine applicatif, la production du logiciel et la mise en production des applications pour les nouvelles versions et les correctifs.
Faire collaborer les intervenants concernés est l’un des principaux objectifs de l’ALM. En effet, cette démarche est fondée sur un décloisonnement  des équipes informatiques. Elle implique aussi une harmonisation des processus de planification et de suivi de projet, ainsi que des définitions des exigences. Enfin, elle entraine le développement d’applications, de tests, de suivis des anomalies et de préparations à la mise en service des applications tout en assurant à l’ensemble des équipes une visibilité totale sur l’intégralité des activités.

Faciliter la gestion complexe de projets. L’objectif général de l’ALM est d’améliorer la gestion des projets complexes devant être structurée. Son usage dépend bien sûr des processus choisis par l’entreprise et de l’activité concernée. Étant très modulaire, une solution AML peut très bien être utilisée pour gérer des exigences, mettre en place une méthode qualité (CMMI, ITIL, COBIT) ou encore suivre le support aux utilisateurs.
Les entreprises ont à leur disposition un large éventail de solutions ALM proposées par les éditeurs présents sur le marché. Le choix de la solution dépend de la nature des besoins mais aussi des outils déjà exploités par l’entreprise. Un benchmark sera nécessaire pour faire le choix du bon outil.

Autour du même sujet