La maturité du Cloud pour les PME passe par les standards

Pour créer des services durables et compétitifs, les PME doivent se montrer flexibles et réactives d’où une rapide adoption des nouvelles technologies cloud qui leur permettront de faire le poids face aux grandes entreprises.

De fait, le marché public mondial des services cloud a atteint 45 milliards de dollars en 2012 en accueillant pour la première fois plus de six millions de PME.

D’ici 2015, le marché du cloud international continuera sur cette lancée pour atteindre les 95 milliards de dollars, soit un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 28 %. Face aux autres domaines du secteur IT, tel que la fabrication d’ordinateurs, ces perspectives de croissance se révèlent plus que prometteuses. Néanmoins, la croissance des PME est freinée par une barrière de taille qu’il est nécessaire de lever : l’absence de standards.

Établir des standards cloud pour les PME n’est pas au cœur des problématiques traitées par la communauté IT

À la place, cette dernière centralise ses efforts sur deux axes : le premier consiste à rechercher activement les prochaines applications phares telles que Facebook, Instagram ou Dropbox dans le marché des particuliers. Le second implique de résoudre les problèmes de type Infrastructure-as-a-Service (IaaS) hybride et privé ; l’objectif étant de permettre aux entreprises de gérer des déploiements complexes tout en répondant à leurs besoins informatiques extrêmement évolutifs.

Comment expliquer ce manque d’intérêt à l’égard des PME et de leurs infrastructures IT ?

Les raisons sont simples : le marché cloud des particuliers représente un marché à large couverture médiatique, même lorsqu’il s’agit de sociétés sans chiffre d’affaires et dont les prévisions de recettes sont nulles. Le marché des entreprises privilégie les gros contrats très lucratifs, c’est pourquoi les fournisseurs IT majeurs subissent une rude concurrence dans la course aux parts de marché. Quant aux start-ups, elles recherchent le contrat qui contribuera à leur prochaine ronde de financement. Le marché des services cloud pour les PME n’offre ni la couverture médiatique ni les contrats hors pairs. Pourtant, les PME ont investi plus de 1,1 trillions de dollars dans le cloud affichant une progression plus rapide que tous les autres segments du marché.

Les problématiques des standards pour les PME

Pour les PME, les nombreux standards cloud émergents présentent deux problèmes principaux : d’une part, ces standards s’adressent tous davantage aux grandes entreprises et à leurs problèmes internes qu’aux PME. D’autre part, la mise en place de ces standards s’avère généralement incomplète et leur déploiement difficile. OpenStack est un parfait exemple des solutions émergentes les plus populaires. Il s’agit toutefois d’un standard qui n’est pas encore final et ne correspond pas encore aux exigences du secteur.
Ses points faibles :
il est difficile à déployer et à gérer, ce qui ne convient pas aux PME. Le plus souvent, ces dernières ne disposent ni de l’infrastructure de serveur ni de l’équipe IT interne requise pour considérer OpenStack comme une solution adaptée à leurs besoins.

Quelles sont alors les solutions applicables aux PME ?

Pour répondre à cette question, nous devons d’abord comprendre comment une PME achète et utilise ces technologies. Dans les faits, une PME classique ne dispose d’aucune équipe IT spécialisée. Son accès à la technologie cloud et aux services cloud publics ainsi que les avantages dont elle bénéficie reposent intégralement sur les services de son fournisseur d’hébergement Web, de son revendeur à valeur ajoutée (VAR) ou de son fournisseur cloud spécialisé, voire sur une combinaison des trois.

Les problèmes classiques auxquels se voient confrontés ces trois types de fournisseurs de services pour les PME sont particulièrement variés.

Certains hébergeurs Web ont étendu leurs portefeuilles pour y inclure une gamme d’applications et de services cloud dont les clients PME ont besoin. Toutefois, un grand nombre de ces fournisseurs ne propose que trois ou quatre services basiques de présence Web. De nombreux VAR ne proposent aucun service cloud. Quant aux fournisseurs cloud spécialisés, ils sont de par leur nature spécialisés, et n’offrent donc en majorité qu’un seul service comme la gestion de la relation client. L’engouement des PME pour le cloud indique une forte volonté de migrer de plus en plus leurs logiciels et leur infrastructure IT vers le cloud d’ici 2015. Malheureusement, de multiples facteurs retiennent les fournisseurs de services orientés PME et les empêchent de répondre aux demandes du marché : les coûts et le temps requis pour une intégration personnalisée ainsi que le volume d’applications disponibles. La plupart du temps, les fournisseurs de services proposent des « app marketplace » qui présentent deux inconvénients majeurs. Ils sont non seulement associés à des services complémentaires non intégrés mais également difficiles à proposer dans le cadre de l’up-selling ou du cross-selling sans pour autant garantir l’efficacité de leur configuration et de leur activation. Par ailleurs, nombre de ces services ont leurs propres protocoles de sécurité, ce qui complique la connexion simultanée à de multiples services pour l’utilisateur final. En somme, ils s’avèrent vagues et sans intérêts, alors que les PME attendent, sinon exigent, une expérience simple qui leur assure une certaine sérénité.

Toutes ces raisons justifient à quel point la question des standards cloud pour les PME est capitale. Citons un excellent exemple de standard de facto, à l’origine d’un nouveau marché : l’iOS d’Apple. Ce dernier a accéléré la création d’applications pour les périphériques mobiles et favorisé le développement de cette communauté. Pour ce faire, les processus de publication et de paiement des développeurs ont été clarifiés et des standards mis en place. À l’instar d’iOS, le marché du cloud pour les PME nécessite un standard qui rassemble, intègre et fournit des services uniques. Cet écosystème agira en tant que levier pour créer des offres de services aussi riches que diverses.

L’APS est-il une solution dans l’élaboration d’un standard ?

Pour que le marché du cloud destiné aux PME arrive à maturité et atteigne le maximum de son potentiel, il faut passer par un standard. Les fournisseurs de services saisissent d’ores et déjà cette opportunité en adoptant l’Application Packaging Standard (APS). L’APS a été conçu pour permettre aux fournisseurs de logiciels de packager plus simplement leurs offres cloud. Les fournisseurs de services peuvent également proposer un plus large éventail de solutions cloud tout en maintenant un niveau de services élevé.
L’APS nouvelle génération, appelé APS 2.0 répondra aux nombreux problèmes qui continuent de ralentir aujourd’hui le secteur :
* SSO sécurisé pluggable,
* Architecture bus de service,
* API HTML 5 et RESTful pour la personnalisation des workflows et interfaces utilisateurs dynamiques.

Développeurs et fournisseurs de services peuvent désormais proposer des suites intégrées composées des meilleures applications cloud sous une forme hautement évolutive. Grâce aux services cloud compatibles avec le format APS, les PME accèdent à un choix plus vaste de services cloud. Elles bénéficient ainsi des mêmes avantages en termes d’évolutivité et de frais que les grandes entreprises lorsqu’elles font appel aux déploiements de cloud privés. Le modèle de services basés sur le cloud est indéniablement l’avenir en matière d’accès aux ressources informatiques. En ce sens, le standard APS 2.0 et son utilisation par les fournisseurs de services sont les clés pour faire profiter les PME du cloud.

Autour du même sujet