Les trois raisons de passer au back-up automatique pour une entreprise

L’arrêt ou l’indisponibilité du système d’information peut entrainer de lourdes conséquences, de la perte d’exploitation à l’érosion de la confiance des clients en passant par des sanctions des autorités de tutelle

L’arrêt ou l’indisponibilité du système d’information peut entrainer de lourdes conséquences, de la perte d’exploitation à l’érosion de la confiance des clients, partenaires en passant par des sanctions des autorités de tutelle, susceptibles de mettre en danger la réputation de l’entreprise voire d’entrainer sa disparition ou son rachat par un concurrent. Un chiffre parle de lui-même, seules 6% des entreprises, ayant subi un sinistre informatique majeur, reprennent leurs activités comme auparavant ; 94% ne s’en remettent pas. Il est donc de la responsabilité de la Direction Générale et de la DSI de mettre en place une politique de « continuité de service », comprise par tous, véritablement opérationnelle et périodiquement vérifiée. A ce titre, la solution logicielle de Haute disponibilité entre machine de production et machine de secours représente la réponse technologique la plus emblématique pour protéger durablement son système d’information et ses données vitales. Tour d’horizon des raisons et avantages d’avoir un backup automatique (haute disponibilité) pour une entreprise.

Se prémunir des impacts financiers de l’indisponibilité

10% des entreprises équipées de serveurs connaitront une indisponibilité ou un arrêt de leur système d’information. Les causes seront multiples : 40% en raison d’erreurs humaines, 40% suite à des défauts applicatifs et seulement 20% dans le cadre de désastres matériels ou naturels. Selon les dernières études d’IDG et Gartner entre autres, un arrêt du système d’information d’un industriel représente en moyenne un coût de 90 000 dollars par heure – perte de chiffre d’affaires, arrêt de production. La combinaison du risque d’indisponibilité de 10% sur une année et du coût d’arrêt horaire de 90 000 dollars génère un temps estimé de redémarrage « à la normale » (et non à l’identique) du système d’information de 176 heures. En résumé, l’impact financier d’un sinistre informatique s’élève à plus de 15,8 millions de dollars pour une entreprise américaine de taille intermédiaire. Espérer être dans les 90% des entreprises qui ne connaîtront pas de dysfonctionnement, expose à un risque financier de plusieurs millions d’euros, qui grèvera la trésorerie voire le profit et décrédibilisera durablement la société devenue « défaillante ». Il vaut mieux, à nos yeux, mettre en place un plan de reprise d’activité, se doter d’une solution de haute disponibilité que s’appuyer sur « le facteur chance » !

Conserver la confiance de ses clients, partenaires, actionnaires et prendre ses responsabilités

Face à la multiplication des transactions, couplée à l’obligation de plus en plus prégnante d’en conserver l’historique, en particulier dans les secteurs financiers, médicaux, alimentaires, une panne informatique ou une indisponibilité du système d’information affecte l’ensemble de l’écosystème d’une entreprise, maillon d’une chaîne beaucoup plus vaste. Les clients insatisfaits sont susceptibles de passer rapidement à la concurrence ; les partenaires de repenser leur collaboration et les actionnaires de donner une « sanction boursière ». Plus que jamais, l’entreprise a une mission vis-à-vis de l’ensemble de ses parties prenantes et doit prendre ses responsabilités en vue de conserver sa réputation. Assurer la continuité de son informatique s’inscrit dans une gouvernance responsable ; il faut ainsi mettre en place un plan de reprise d’activité et une solution de haute disponibilité afin d’anticiper et prévoir pour être « prêt » à agir. De plus, cette démarche permet de prémunir l’entreprise d’une non-conformité réglementaire, de risques juridiques et le DSI d’un licenciement pour insuffisance professionnelle voire faute.

Créer des avantages concurrentiels et responsabiliser ses équipes

Au-delà des aspects économiques, réglementaires et opérationnels, protéger son système d’information et ses données « sensibles » démontre la volonté de l’entreprise de véritablement en tirer profit, comme un axe clé de son activité. A l’heure du Big Data, du BI (Business Intelligence)…, la protection des informations confidentielles confiées par des clients et partenaires devient un avantage concurrentiel, loin d’être négligeable. Et, ce n’est qu’un début.   En outre, la mise en place d’un Plan de Reprise d’Activité et d’une solution de haute disponibilité fédère l’équipe informatique, diffuse « les meilleures pratiques », optimise la maîtrise des process de l’entreprise, tout en diminuant le stress du DSI !

Aujourd’hui et demain, des entreprises vont encore réagir, une fois la catastrophe survenue, au lieu de prendre toutes les mesures pour la prévenir. Il sera, sans aucun doute, trop tard. Et pourtant, mettre en place la meilleure solution de haute disponibilité, c’est prioriser sa sécurité et assurer sa continuité informatique sur le long terme, comme un label de qualité. Pour conforter ou acquérir un leadership, l’entreprise, tous secteurs d’activité, doit innover et aussi veiller à sa survie !    

Serveurs / DSI