La new wave de la Big Data, ou l’art nouveau de contextualiser les données

La vie digitale génère, chaque seconde, des quantités énormes de données. Mais si les marketers cherchent à les exploiter, on ne sait pas encore réellement comment trouver la bonne information dans une telle meule de foin.

Vous reprendrez bien un peu de data ?

La vie digitale génère, chaque seconde, des quantités énormes de données. C’est une chose entendue maintenant, et si les marketers cherchent à les exploiter afin de mieux commercialiser leurs produits ou leurs solutions, on ne sait pas encore réellement comment trouver la bonne information dans une telle meule de foin.

Cette dernière reste donc souvent inexploitée, stockée quelque part dans l’immensité du web. Ce qui pourrait être une corne d’abondance pour les entreprises reste souvent lettre morte ; car non traitées, les données sont inexploitables.

Il existe pourtant des solutions pour rendre cette data actionnable dans les entreprises. La Big Data, en l’état, ne sert à rien, alors comment la transformer ?

- En la contextualisant,
- En la filtrant,
- En faisant les deux à la fois ! 


« It’s not information overload, it’s filter failure » - Clay Shirky

Contextualiser et filtrer vont de pair : l’intelligence artificielle permet de produire des contextes, qui vont eux-mêmes générer des filtres. Le web 3.0 est en fait un web des contextes, dans lequel le web sémantique permet de catégoriser et de trier de la donnée, afin de faire émerger de nouveaux modèles de filtrages.

Ce web sémantique est une notion ancienne, mais qui n’a jamais réellement trouvé de matérialisation ni d’application. Aujourd’hui, et dans le domaine tout particulier de l’analyse du web et des réseaux sociaux, il devient évident que les filtres existants sont désuets. Depuis sa création, Google propose la même barre de recherche aux internautes : un espace blanc dans lequel ils peuvent inscrire l’objet de leur recherche, sans contexte ni aide. Avec le nombre de données qui tombent chaque seconde dans l’océan du web, quiconque veut exercer une veille un peu pointue et professionnelle sur un sujet sera rapidement perdu, s’il ne dispose pas d’une aide contextuelle, de recommandations, etc.

Ainsi, la combinaison de la Big Data qui explose et nous force à inventer de meilleures solutions, et de l’exploitation de l’intelligence artificielle et du web sémantique ouvre les portes à des innovations qui vont bouleverser les modèles traditionnels.


Et demain ?

Le monde de la recherche sur internet dispose en réalité de deux options :

- Le choix de Google : investir des millions (et même davantage) dans la recherche omniprésente. Google sait quand vous quittez votre maison le matin, va vous donner des informations sur le trafic en temps voulu, ou, si vous prenez le métro, vous enverra un SMS pour vous prévenir d’un ralentissement. Le positionnement du géant du web est celui des assistants personnels intelligents qui n’attendent pas que vous fassiez une requête sur votre téléphone. Ils  vont préempter, deviner les questions que vous pourriez vous poser à ce moment là. C’est une aide très concrète, extrêmement opérationnelle. Une façon d’utiliser internet comme un OS sur lequel on plugge des mini applications qui vont rendre la vie quotidienne plus simple.

- La recontextualisation : c’est le choix d’apporter des informations pour aider à la recherche, permettre aux internautes de trouver plus rapidement les réponses aux questions qu’ils se posent, par le biais d’éléments de contexte.

C’est l’orientation qu’ont choisi des grandes plateformes généralistes comme Facebook ou Twitter par exemple, dans lesquelles on va trouver des contenus génériques. Elles sont quand même constituées d’internautes se regroupant en communautés, en centres d’intérêt, et génèrent de fait des publications de plus en plus spécialisées, et les filtres humains que sont les curateurs.

Les prochaines années vont ainsi voir l’émergence d’une véritable redéfinition de la recherche, et de la façon dont nous allons opérationnaliser les différents contextes mis à notre disposition : la curation, le contexte sémantique et l’intelligence artificielle sont autant de solutions, qui, combinées ensemble, vont permettre à l’internaute de trouver l’information qu’il recherche.

« Demain, la règle sera celle de la ‘human assisted artificial intelligence’ ; l’homme va aider les algorithmes à devenir plus intelligents, afin de lui indiquer les meilleures réponses – et non l’inverse »

Google / Facebook