Les leçons IT de Lady Gaga : anticiper et provisionner grâce au capacity planning

Le poste de DSI évolue vers des fonctions de plus en plus financières. Son infrastructure est soumise à rude épreuve avec des montées en charge variables qui doivent pourtant être provisionnées bien à l'avance. Lady Gaga en sait quelque chose...

Selon une étude internationale de 2014, plus de 60% des responsables IT à travers le monde, ont subi une panne dans le cloud. 

Il y a quelques années déjà, la chanson de Lady Gaga, « Monsters » mise en ligne sur le cloud d’Amazon mettait à rude épreuve les performances et  capacités de disponibilité de la plate-forme. Dans les 24 heures suivant l’incident, l’action Amazon perdait 3$. Les fans avaient choisi de dépenser 10$ supplémentaires pour télécharger le titre chez Apple plutôt que d’attendre que la panne ne soit résolue sur la plate-forme Amazon.

Que nous apprend cet incident sur Lady Gaga et comment maintenir ses services et applications de manière à ce qu’ils soient toujours disponibles ? La réponse tient en trois points : être proactif, aligner ses mesures sur les objectifs métiers et surtout déployer des outils d’analyse prédictive.

L’informatique c’est aussi prévoir

L’IT a besoin de données fiables pour réaliser des prévisions précises. Les données, après tout, représentent les fondations de la gestion de la capacité. Si le responsable IT n’est pas en mesure de collecter les données de ses activités, il risque de sur-provisionner son infrastructure, dépenser plus que son budget ne le lui permet. En outre, il produira de mauvaises estimations sur la performance lorsque le marketing lancera ses grosses opérations de l’année. Moralité, une bonne communication reste bel et bien l’élément essentiel à la réussite de tout projet.

Les données des applications métiers combinées à des analyses poussées, donneront au responsable informatique des résultats pertinents. Cette démarche permet d’obtenir également des outils puissants. Il est possible de collecter des données sur l’historique aussi granulaires que possible et établir de meilleures prévisions. Certains recueillent les données à une seconde d’intervalle. Le responsable informatique doit travailler avec les directions métier dès que possible afin de passer en revue les différents scenarii. Il peut à partir de ces différentes hypothèses, définir la meilleure configuration permettant de supporter les montées en charge et anticiper comment l’infrastructure réagira aux changements. Pour cela, il faut bien évidemment recueillir des données.

Sortir de considérations purement techniques 

Les responsables IT, quelle que soit la taille de leur entreprise, affirment de manière unanime que leur plus grande tâche consiste à gagner la confiance des opérationnels. Les entreprises qui ont réussi ont suivi des processus qui permettent aux décideurs de prendre des décisions sur les investissements en toute connaissance de cause, en prenant en compte des considérations budgétaires. Malgré leurs environnements dynamiques hyper convergents, ils sont en mesure d’identifier les montées en charge et consolider où il le faut, prévenir tout débordement physique ou virtuel du serveur. Ceci, tout en continuant à mesurer efficacement indépendamment du contexte des environnements extrêmement virtualisés et cloud.

Les tactiques qu’ils déploient :
- Surveiller et créer des rapports sur les niveaux de services disponibles auprès des intéressés,
- Comprendre les applications et les ressources dans le cloud,
- Analyser en continue la performance de la charge des applications.

L’objectif pour le service informatique est de passer d’un centre de coûts à un service offrant une réelle différence et une valeur métier. Dans cette perspective, le modèle de maturité de l’IT qui consiste à rassembler des processus utilisant des outils et des meilleures pratiques doit permettre d’aligner l’infrastructure IT de l’entreprise afin de démontrer une valeur métier.

Apple / Amazon