Les ERP Open Source sortent de l'ornière

Le déploiement d'ERP5 par une banque centrale relance le débat sur l'opportunité des progiciels de gestion intégrée Open Source. Un marché dont la partie service reste encore souvent gérée directement par les éditeurs.

La nouvelle est tombée début juillet. La société Nexedi annonçait que son progiciel de gestion intégrée Open Source (ERP5) avait été déployé par une banque centrale. La direction de l'éditeur a souhaité rester discrète sur l'identité de l'organisation en question.

En recoupant certaines informations, il pourrait s'agir selon toutes vraisemblances de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest. Un établissement qui couvre 8 pays (Bénin, le Burkina, la Côte-d'Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo) représentant au total 80 millions d'habitants.

Après une période de test de 9 mois, l'ERP serait en production depuis février 2008. Il est utilisé par 300 utilisateurs intensifs, et environ 10000 utilisateurs occasionnels. Reposant sur une grappe de serveurs Linux de 32 noeuds, la plate-forme exécute jusqu'à 5000 workflows par heure et 3000 tests automatiques quotidiens pour en contrôler la qualité. L'infrastructure logicielle est constituée d'un serveur d'applications Zope et du système d'exploitation Mandriva.

"Nous atteignons ce niveau de performance grâce à une base objets ZODB, combinée à une technologie d'objets actifs et un moteur de règles complexes", explique Jean-Paul Smets, P-DG de Nexedi.

Compiere et ERP5 parmi les offres les plus matures

Ce n'est pas le premier projet d'importance signé par Nexedi. Parmi ses grandes références, la société comptait déjà EADS. L'industiel a opté pour l'ERP comme socle du système permettant de choisir les images prises par le satellite Terrasar-X, conçu par le groupe pour le compte d'Infoterra. Autre référence d'ERP5, beaucoup plus récente : un aéroport français, dont le nom est encore confidentiel.

"Nous commençons à être compétitifs face aux grands ERP propriétaires dans la mesure où notre offre s'adosse à des technologies plus récentes, ce qui nous permet d'apporter une réelle valeur ajoutée sur des projets très spécifiques ou des systèmes haute performance", poursuit Jean-Paul Smets.

Pour Pascal Aubry, consultant au sein du spécialiste français de l'Open Source Linagora, deux offres peuvent prétendre faire concurrence à ERP5 : Compiere, et dans une moindre mesure Tiny ERP. En, 2006, la société de services a d'ailleurs décidé de conclure un accord avec OpenBravo, un éditeur commercialisant une solution (ou fork) développée à partir de l'ERP Compiere.

"Nous ciblons les PME industrielles qui comptent entre quelques centaines et quelques milliers de salariés", explique Pascal Aubry. "C'est un domaine où la demande demeure en effet encore importante, ces acteurs cherchant dans beaucoup de cas à consolider leurs applications en vue de rationaliser leur SI." Pour Linagora, les projets portant sur des périmètres plus restreints ne sont pas viables économiquement, au vu de l'investissement d'un tel déploiement.

 

Les principales offres d'ERP Open Source
Editeur / solutionpalette fonctionnelle
Source : JDN Solutions
Compiere / CompiereCompta/finances, achats/ventes/stocks, production et CRM
Nexedi / ERP5Compta/finances, achats/ventes/stocks, production, CRM RH et gestion de projets
Apache OFBiz et Neogia / NeogiaCompta/finances, achats/ventes/stocks, production et
Tiny SPRL / Tiny ERPCompta/finances, achats/ventes/stocks, production et CRM

Pour cibler les TPE, Nexedi et Tiny ont trouvé la solution en choisissant de commercialiser une déclinaison hébergée de leur progiciel. Un environnement dessiné pour répondre aux TPE qui recherchent une application de gestion à moindre coût, à la fois en termes d'acquisition, d'installation et de maintenance, et qui puisse être déployée rapidement.

Une offre que Tiny propose à partir de 45 euros par mois. Quant à Nexedi, elle a fait le choix de la gratuité. "Près d'un millier de comptes ont déjà été ouverts à ce jour", confie Jean-Paul Smets. La société complète cette prestation de base par des services d'accompagnement et de formation.

Pour les projets de taille intermédiaire, Nexedi tout comme Tiny d'ailleurs compte s'appuyer sur des partenaires de service. "Mais dans l'état actuel de l'offre Open Source dans ce domaine, il est difficile pour une SSII ou une SS2L de se positionner sur le segment des ERP tant l'investissement technique est important", estime Jean-Paul Smets.

Une analyse qui explique en partie le choix de Linagora pour OpenBravo qui, à ce jour, représente sans doute l'un des progiciels de gestion Open Source le plus packagé du marché. Une analyse qui conduit aussi Nexedi à plancher sur une déclinaison "prêt à l'emploi" de son offre, qui permettrait de simplifier le travail de prise en main des partenaires.

 

Serveurs / ERP