HP supprime 25 000 à 30 000 postes, et prévoit de délocaliser

Dans la foulée de sa scission, le constructeur prévoit la mise en œuvre d'un vaste plan de restructuration. Objectif : réaliser 2,7 milliards de dollars d'économie.

La scission de HP a été fixée au 1er novembre prochain. Le projet qui avait été annoncé en octobre dernier donnera naissance à deux entreprises. L'une centrée sur la construction et la vente de PC et d'imprimantes (baptisée HP Inc). La seconde sur la construction de serveurs, les technologies réseau et de stockage, et les services aux entreprises (Hewlett-Packard Enterprise). Lors d'une rencontre avec des analystes, Tim Stonsifer, directeur financier de Hewlett-Packard Enterprise, a précisé les contours d'un plan de restructuration qui sera mis œuvre dans la foulée de l'opération. En ligne de mire : la suppression de 25 000 et 30 000 emplois (ce qui représente 10% de l'effectif du groupe), dont 3 300 emplois au sein de HP Inc.

Avec son plan, HP entend générer 2,7 milliards de dollars d'économies chaque année. La nouvelle vague de départ s'ajoute aux 55 000 suppressions d'emplois réalisées par le géant américain ces 5 dernières années. Au sein de Hewlett-Packard Enterprise, la plupart des suppressions concerneront la branche Services "dans les pays à coûts élevés", mais devraient être compensées par des recrutements dans des pays "low cost". "Il est prévu qu'à la fin de l'année fiscale 2018, 40% de l'effectif de HP Enterprise soit localisé dans des zones à bas coût", a indiqué Mike Nefkens, son vice président exécutif (dixit Re/code). Reste à savoir si la France sera concernée par ce plan...

Serveurs / HP