Big Data pour les RH : les juniors emballés, les seniors plus sceptiques

Ce que peut apporter le Big data aux RH commence à être mieux cerné, révèle une étude Ifop, mais ce sont surtout les moins de 35 ans qui sont prêts à investir dans ce domaine…

Les responsables des recrutements et des ressources humaines commencent à sérieusement s'intéresser à ce que le Big Data et le machine learning peuvent leur apporter. Les premiers cas d'utilisation révèlent en effet un potentiel qui peut les intéresser (lire notre article Ce que le Big Data peut apporter à la gestion des ressources humaines)

Pour Monster, l'Ifop a interrogé sur ce thème un échantillon de 201 dirigeants d'entreprises, représentatifs des sociétés françaises de plus de 50 salariés. Pour près de la moitié des décideurs sondés (47%), le rôle des technologies Big Data est en effet jugé essentiel ou important.

Intéressant pour prédire les performances d'un candidat

Plus précisément, le Big Data leur apparaît avant tout comme un bon moyen d'anticiper les besoins en recrutement et en formation (pour 81% d'entre eux). Pour les trois quarts d'entre eux, cela peut aussi être un outil intéressant pour prédire les performances d'un candidat à un poste, ou pour détecter les potentiels professionnels. D'autres usages et champs d'application intéressants ont aussi été cités par plus de 6 décideurs sur 10 (voir l'infographie ci-dessous).

En revanche, cette enquête fait aussi apparaître un grand écart entre les générations face aux Big Data. En effet, près de 3 décideurs sur 10 de moins de 35 ans se disent déjà prêts à investir dans ce poste de dépense. Mais chez les décideurs de 50 ans et plus, ce pourcentage ne dépasse pas les 5%.

Extrait de l'infographie "étude Monster/Ifop : tendances RH à l'horizon 2016". Crédit : Monster

 

Big Data / IFOP