Base de données : les tarifs moyens des indépendants observés en 2015

Mettant en relation freelances et recruteurs, Hopwork a calculé la moyenne des tarifs des indépendants spécialisés dans les bases de données, pour 2015 et par technologie.

Site proposant aux entreprises de choisir et d'employer des freelances, Hopwork compte désormais plus de 16 000 indépendants inscrits, dont plus du tiers sont des développeurs ou des professionnels de l'informatique. Cette entreprise française est donc bien placée pour connaître les tarifs pratiqués dans l'Hexagone dans ce domaine. Elle a transmis au JDN les tarifs journaliers observés en moyenne sur toute l'année 2015 pour les développeurs, par base de données (les tarifs des développeurs par langage de programmation feront l'objet d'un autre article à suivre).

Des écarts de tarifs très sensibles

Le tableau de synthèse ci-dessous révèle des écarts très sensibles entre les différents systèmes de base de données. Le tarif journalier moyen d'un spécialiste de SQL Server s'élève à 725 euros alors que pour MySQL, il est de 329 euros. Parmi toutes les technologies, MySQL est toutefois celle qui affiche les tarifs moyens les plus bas - mais c'est aussi celle qui est la plus recherchée sur Hopwork (38% des recherches en 2015). Egalement très recherchés (20% des recherches), les spécialistes dans les systèmes Oracle proposent des tarifs journaliers plus élevés (432 euros), mais encore loin de ceux observés pour ElasticSearch (509 euros, 12% des recherches) ou Cassandra (541 euros, et seulement 2% des recherches).

En bleu, les tarifs supérieurs à la moyenne (487 euros) © Hopwork

Il est assez tentant de comparer ces chiffres avec ceux fournis il y a tout juste un an par Hopwork au JDN, et portant sur 2014. Cette comparaison ferait souvent apparaître une baisse des tarifs moyens, mais elle est due à un accroissement du nombre de jeunes freelances inscrits sur la plateforme. Leur tarif plus bas, du fait de leur plus faible expérience, fait mécaniquement baisser la moyenne.

"Les tarifs ont plutôt augmenté en un an"

"La baisse du tarif moyen observable entre les deux années s'explique par la démocratisation du statut de free-lance : désormais, des développeurs de tout âge et expérience se mettent à leur compte. On a par exemple de plus en plus de développeurs juniors qui choisissent de se mettre en freelance à leur sortie d'études ou même en parallèle de celles-ci et leur tarif reflète leur niveau d'expérience", explique au JDN Vincent Huguet, le CEO et co-fondateur d'Hopwork. Ce dernier estime plutôt qu'"à niveau, métier, et ville équivalents, les tarifs ont plutôt augmenté en un an".

Base de données