Talentsoft vise les 100 millions d'euros de CA d'ici 2020

Talentsoft vise les 100 millions d'euros de CA d'ici 2020 Comptant 600 collaborateurs, le spécialiste de la gestion RH en mode cloud et n°1 français du SaaS est en avance sur son plan de développement.

Fondé en 2007, Talentsoft pointe à la 25e position du dernier palmarès Truffle 100 des principaux éditeurs de logiciels français toutes catégories confondues. Mais sur le front des pure players du SaaS, la société de Boulogne-Billancourt est la première du classement. Elle se hisse juste devant le spécialiste du stockage en mode cloud Oodrive qui occupe, lui, la 33e place du Truffle 100. Pour l'année en cours, Talentsoft table sur un chiffre d'affaires de 52 millions d'euros, en hausse de 30%. Avec pour ambition de maintenir ce niveau de croissance organique, l'entreprise veut hisser son CA à 100 millions d'euros d'ici 2020.

Revendiquant désormais presque 58% de clients hors de France, Talentsoft est implanté dans 15 pays (en Europe, Amérique, Asie et Afrique). Son offre est déclinée dans quelque 25 langues. Pour financer son déploiement, la société a pu compter sur un total de 51 millions d'euros levés depuis sa création.

Une stratégie de croissance externe

Talentsoft est d'ailleurs en avance sur le plan de développement communiqué lors de son dernier tour de table (bouclé en 2015). "Nous comptions initialement atteindre les 500 collaborateurs en 2018. Or, nous allons passer le cap des 600 salariés dès cette année", se félicite Jean-Stéphane Arcis, son PDG et cofondateur. "Cette croissance est alimentée par des ventes de produits complémentaires en cross selling, principalement au sein de grandes entreprises."

Jean-Stéphane Arcis est le CEO de Talentsoft, © TalentSoft

Talentsoft capitalise ainsi sur une stratégie de diversification de son offre amorcée il y a trois ans. Sa plateforme s'étend désormais à la gestion et la supervision des principales activités RH : des recrutements, au pilotage des compétences et des formations, en passant par le management des rémunérations. Pour enrichir son portefeuille fonctionnel, Talentsoft n'a pas seulement fait appel à sa R&D (qui compte à ce jour quelque 200 ingénieurs), il a aussi misé sur une politique de croissance externe pour se doter de nouvelles briques sur étagère. En 2014, il a acquis l'application SaaS de gestion des recrutements PeopleXS. Puis, en 2016, la plateforme d'e-learning E-Doceo.

Un SIRH 2.0 pour motoriser la transformation digitale

Mettant en avant un SIRH complet en mode cloud, Talentsoft parvient dès lors à décrocher des contrats avec des organisations de dimension européenne sur des périmètres de déploiement international. Fort de 1600 clients, l'éditeur revendique un nombre croissant de grands groupes parmi ses clients : Air France, Bolloré, Crédit Agricole, Geodis, Lagardère, Pôle Emploi, Safran, Spie...  "Nous sommes parvenus à faire tomber la barrière psychologique qui existait chez ces acteurs vis-à-vis de la gestion RH en mode SaaS", constate Jean-Stéphane Arcis.

"Notre produit étant au cœur des enjeux de transformation, nous entrons de plus en plus dans les agendas des comités de direction"

Il faut dire qu'à l'heure de la transformation numérique, l'offre de valeur avancée par Talentsoft arrive à point nommé. "Nous répondons à une des plus importantes questions stratégiques du moment", confirme Jean-Stéphane Arcis. "Pour se transformer, les grandes entreprises ont besoin d'un environnement de gestion des talents comme le nôtre, en self-service, avec une vue partagée des compétences, et en même temps accessible sur mobile. Un environnement qui, sur le modèle de Netflix ou d'Amazon, transforme le contenu RH habituel, les opportunités internes, les formations, les parcours de carrières… en contenu marketing internes."

Partant de là, Talentsoft prend un soin tout particulier à impliquer ses grands clients dans ses choix de R&D dans une logique de co-construction, via notamment des focus groups. Avec un droit de regard sur la stratégie produit, un "board" composé de représentants de quelques-uns de ses grands clients a même été mis sur pied. "Nos clients de taille intermédiaire bénéficient ensuite des développements et bonnes pratiques qui découlent de ce travail, sur le terrain de la digitalisation des formations, de la création d'une marque employeur forte, du nouveau Règlement européen sur la protection des données, etc.", égraine le CEO de Talentsoft.

Une offre freemium en vue

Pour maintenir sa courbe de croissance, le groupe français mise sur son développement à l'international. Dans cette optique, il envisage de réaliser de nouvelles acquisitions à partir du deuxième trimestre 2018, en particulier en Amérique du Nord. Des rachats qui auraient pour but d'accroître sa base de clients, mais aussi d'enrichir son offre de briques complémentaires. Toujours en vue d'accroitre son taux de pénétration, Talentsoft prévoit également d'évoluer vers un modèle freemium, en introduisant une solution gratuite d'entrée de gamme aux côtés d'offres payantes avec des fonctions plus avancées (en matière d'analyse de compétences notamment). "Face à Oracle, SAP ou Cornerstone, notre ambition est européenne. Nous voulons devenir l'un des trois à quatre éditeurs qui comptent dans la gestion du capital humain", résume Jean-Stéphane Arcis.

La plateforme de Talentsoft est commercialisée à la fois en mode SaaS pur, via un hébergement sur le cloud Azure de Microsoft (en Europe et en Amérique du Nord). Mais aussi, pour les clients préférant s'orienter vers un cloud privé, sous la forme d'un environnement dédié, sur des infrastructures serveurs Dell installées dans les data centers de Telecity. Talentsoft prévoit-il de proposer son offre sur la nouvelle région française d'Azure, dont l'ouverture officielle est prévue d'ici la fin de l'année ? La réponse est oui.  Talentsoft sera commercialisée sur cette région dès son lancement officiel.  La solution fait d'ailleurs actuellement l'objet de tests au sein des data centers français de Microsoft, dont l'installation est en cours de finalisation. 

A lire aussi :

SaaS

Annonces Google