Etude Deloitte : les employés français boudent la collaboration sociale

Etude Deloitte collaboration sociale (usages en Europe et France) Seuls 11% des salariés français ont recours à des outils sociaux pour collaborer. Ils se rattrapent en matière de création de documents dans le cloud.

Parmi les outils collaboratifs les plus utilisés en Europe dans un cadre professionnel, les outils sociaux (incluant les réseaux sociaux d'entreprise) sont loin d'être utilisés par tous les employés. Et encore moins les français. C'est l'un des constats qui ressort de la dernière étude de Deloitte Digital Collaboration, commanditée par Google, et à laquelle plus de 3 400 personnes ont répondu dans six pays (France, Allemagne, Italie, Hollande, Suède et Grande-Bretagne.)

Ainsi, selon l'étude de Deloitte, 18% des utilisateurs européens recourrent aux outils sociaux pour collaborer. Un taux de 7 points supérieur à celui des utilisateurs français (11%). Pis, il s'agit là de la part de répondants la plus faible de tous les pays interrogés : 19% en Allemagne, 18% en Italie, 25% en Hollande, 21% en Suède et 16% en Grande-Bretagne.

"Il faut considérer ces données avec un peu de recul, car il y a une disctinction à faire entre les entreprises qui ont implémenté un RSE et les utilisateurs qui y ont accès. Il y a beaucoup plus de sociétés qui ont démarré des projets sociaux que d'entreprises qui les ont déployées à l'ensemble des collaborateurs", tempère Thomas Gourand, Sales Manager Enterprise chez Google. "En France, il y a certainerment un peu plus de précaution qu'ailleurs par rapport aux réseaux sociaux d'entreprise avec sans doute plus d'inquiétudes du côté des RH."

comparaison de l'usage des outils collaboratifs au travail et dans le privé
Comparaison de l'usage des outils collaboratifs au travail et dans le privé. © Deloitte

L'étude de Deloitte ne cerne pas seulement les pratiques liées aux outils sociaux pour collaborer. Loin s'en faut. Parmi les outils collaboratifs évoqués et mis à disposition des utilisateurs, arrivent en tête, et sans surprise, le mail (85%) ex aequo avec l'intranet (85%) chez l'ensemble des répondants. Sachant qu'avec 87% de réponses positives, l'intranet arrive en tête des outils collaboratifs utilisés par les français. Un taux au-dessus de celui que l'on trouve dans d'autres pays européens comme la Grande-Bretagne (86%), l'Italie (85%) ou l'Allemagne (82%).

D'autres outils collaboratifs sont également utilisés par les employés européens, au premier rang desquels les disques réseau partagés (67% en Europe versus 62% en France), l'email cloud (52% versus 51% en France), les outils de création de documents cloud (51% versus 53% en France), la vidéo conférence (36% en Europe et en France), ou encore les outils de partage de fichiers en ligne (20% versus 18% en France), etc. 

Création de documents en ligne : 53% des employés français concernés


On notera par ailleurs le grand écart, concernant les outils sociaux, entre la part des répondants indiquant les utiliser à des fins personnelles et à des fins professionnelles. Alors que 54% des répondants français indiquent les utiliser dans le premier cas d'usage, la proportion de répondants tombe donc à 11% pour un usage pro. En revanche, concernant la collaboration en ligne (création de documents cloud), la proportion s'inverse : 53% des utilisateurs français y ont recours pour le travail (versus 32% pour un usage privé).

"Les entreprises commencent à combler leur retard en allant chercher les outils collaboratifs qui marchent auprès du grand public et à les implanter dans leur organisation", explique Thomas gourand.

Les utilisateurs français sont quoi qu'il en soit largement d'accord sur le fait que les outils collaboratifs améliorent leur vie au travail. En particulier en termes de productivité (65% le pensent) et de qualité de communication (62%). Des taux au-dessus de la moyenne des utilisateurs européens (qui plébiscitent à 57% la productivité, et à 56% la qualité de communication) et bien au-dessus de ceux des allemands (43% dans les deux cas).

Google / Cloud computing