Piratage : LulzSec met dans l'embarras la police américaine

Le groupe de pirates a publié des informations qu'il a subtilisées du réseau d'une agence de police américaine pour dénoncer "sa politique raciste".

Les LulzSec ont encore sévi. Le groupe de pirates a revendiqué avoir piraté le réseau informatique de l'agence gouvernementale de l'Arizona chargée de l'application des lois (law enforcement agency). Sur leur site officiel, ils publient ce qu'ils ont dérobé :  des centaines de mémos confidentiels, des manuels de formation, des correspondances par emails, noms, numéros de téléphone, adresses et mots de passe. En tout : 446,6 Mo de données confidentielles et sensibles.

Leur motif est politique : ils expliquent dénoncer ainsi une loi sur l'immigration appliquée dans cet Etat (Arizona SB 1070, qui fait des sans papiers des criminels dans cet Etat) et le "profilage racial de la police anti-immigration" de ce même Etat. Le site Web de l'agence de l'Arizona est encore actuellement indisponible.

Au début de la semaine, le groupe avait uni ses forces avec Anonymous dans le cadre d'une Opération "AntiSec",  dont la priorité était de voler des informations classées du gouvernement. Ils avaient prévenus que les cibles privilégiées étaient "les banques et autres établissements de haut rang". Les pirates ont donc tenu parole. Ils préviennent aujourd'hui qu'ils compte publier chaque semaine "des informations classées" et "des données personnelles embarrassantes". Le groupe est évidemment activement recherché, mais lors d'un entretien brièvement accordé, Topiray, présenté comme l'un des leaders du groupe affirmait se pas avoir peur des autorités.

LulzSec a revendiqué des attaques contre la CIA, le FBI, le Sénat américain, ou encore Sony, entre autres.

Etats-Unis / Pirate