Zapping de la sécurité : WikiLeaks, un virus à la Maison blanche, Facebook pointé du doigt... Les dangers des url simplifiées

facebook et twitter sont de gros consommateurs d'url raccourcis.
Facebook et Twitter sont de gros consommateurs d'Url raccourcis. © Capture d'écran Facebook

Très à la mode, certains réseaux sociaux attirent les pirates informatiques. D'autant plus avec des outils pour simplifier les URL, que ces sites ont largement adoptés, et qui rendent difficile de repérer les liens qui renverraient vers des sites suspects.

Pour évaluer l'ampleur du problème, l'éditeur de solutions de sécurité BitDefender a fait une expérience. Il a créé un compte sur Facebook et un autre sur Twitter, qui proposait une revue de presse de l'actualité. Du "people" aux découvertes scientifiques, en passant par... la sécurité. Les liens apparaissaient sous forme d'URL raccourcis et un message demandait aux internautes de signaler tout lien cassé.

Après trois semaines, BitDefender a publié sur ses comptes trois URL raccourcies renvoyant vers des pages inaccessibles, mais qui auraient pu être infectées. Résultat, 97 % des 1 928 lecteurs ont signalé que ces liens ne fonctionnaient pas. Ils auraient donc pu être infectés par des liens malveillants. Selon BitDefender, un utilisateur de Facebook sur cinq a au moins un lien malveillant dans son fil d'actualité sur son compte.

Virus