SMX Paris : comment sortir d'une pénalité manuelle ou l'éviter

SEO au SMX Paris : sortir d'une pénalité manuelle ou l'éviter Que faire pour sortir d'une pénalité déclenchée manuellement par Google pour liens artificiels ? Comment éviter une telle pénalité ? Une session du SMX Paris a donné des conseils.

"Il ne faut pas viser les pages où vous voulez avoir des backlinks, mais plutôt cibler des personnes", a conseillé le spécialiste du SEO Dixon Jones, de MajesticSEO, lors de la conférence "Liens factices : comment sortir d'une pénalité manuelle ou ne pas la subir ?" qui s'est tenue à l'occasion du SMX Paris. Sa présentation voulait donner les pistes pour éviter une telle pénalité. En résumé, son message a invité les référenceurs et responsables marketing présents à ne pas être obnubilés par l'acquisition de liens sur certaines pages. Il leur suggérait plutôt de cibler en priorité des personnes précises, des partenaires, des clients, et surtout les influenceurs. Leurs liens valent de l'or. "Google aime bien les influenceurs", résume-t-il.

Une feuille de route qui fait parler les influenceurs d'abord

C'est cette stratégie qu'il applique pour communiquer autour de son outil MajesticSEO, bien connu pour analyser les backlinks. Et c'est en partie ce qui lui permet, pense-t-il, de remonter en première page sur la requête "SEO" dans de nombreux pays (plus de 20 000 impressions mensuelles rien qu'en France). Concrètement, lors du lancement d'une fonctionnalité, après l'ouverture d'une bêta par exemple, il suit une feuille de route précise. Il va d'abord contacter ses "ambassadeurs" et les influenceurs. Puis vient la diffusion sur les réseaux sociaux. La newsletter sera envoyée après. Enfin, suivront les vidéos, webinars, infographies, etc.

"En cas de pénalité manuelle, pour faire le ménage dans ses liens : allez-y à la machette plutôt qu'au scalpel"

Dans cette feuille de route, "l'envoi du message est automatisé, mais la génération de liens ne l'est pas" souligne-t-il. La démarche est donc selon lui pleinement compatible avec les consignes de Google. Par ailleurs, "cette méthode est sûre, car les liens qui ne manqueront pas d'être obtenus seront naturels, et le texte de leurs ancres n'aura pas été manipulé. Et il ne s'agit pas de liens achetés", résume-t-il. Cerise sur le gâteau, "ce sont bien les influenceurs qui auront parlé en premier", ne manque pas de souligner Dixon Jones. De toute façon, fait-il comprendre, ce que recommande Google aux sites Web, c'est de tout bien faire... sauf le SEO : c'est-à-dire avoir un bon contenu au sein d'un site utile et rapide pour l'internaute... L'acquisition de liens, et le SEO, sont censés venir naturellement ensuite.

Des outils pour prévenir une pénalité

Mais, si ces pratiques sont censées éviter les pénalités manuelles pour liens artificiels, malheureusement, certains sites ne vont pas réussir à échapper à une sanction décidée par des employés de Google. Comment savoir si l'on risque une pénalité ? L'outil MajeticSEO délivre un indicateur maison, appelé le Trust Flow, qui peut donner de bonnes pistes. Un autre outil, moins connu, a également été conseillé lors de cette même conférence par l'autre intervenant, le référenceur Sylvain Richard, de l'agence Axenet : Link Detox. Cet outil liste et classe les liens entrants selon les risques qu'ils font encourir. "Si plus du tiers des liens présente des 'risques mortels', selon le vocabulaire employé par l'outil, il faut commencer à s'inquiéter et faire le ménage", explique Sylvain Richard.

Sortir d'une pénalité manuelle pas à pas

paramètre à prendre en compte
Des paramètres à prendre en compte pour décider de la suppression d'un lien suite à une pénalité selon le référenceur Sylvain Richard (liste dévoilée lors du SMX Paris 2014). © S.Richard / SMX

Et pour faire le ménage dans ses liens, en cas de pénalité manuelle, "ne tergiversez-pas : il vaut mieux y aller à la machette plutôt qu'au scalpel", conseille ce référenceur aguerri, dont l'agence a pu sortir de pénalité une dizaine de sites . Pour analyser la toxicité des liens, il se base sur de nombreux critères (voir une partie d'entre eux ci-contre, la liste complète étant aussi consultable en ligne, comme la totalité de la présentation). L'outil officiel Google Webmaster Tools fournit la liste des liens entrants sur laquelle travailler.

Contacter les webmasters pour supprimer les liens toxiques : "l'enfer commence"

Une fois les liens suspects détectés, il faut essayer de contacter les webmasters des sites sur lesquels ils sont. "L'enfer commence", lâche Sylvain Richard. Il conseille de rester poli, d'expliquer la situation, de personnaliser les mails, de ne pas oublier d'indiquer les URLs où se trouve les liens problématiques, de tester les autres moyens de contact alternatifs au mail (téléphone, Twitter...). Et, surtout : "ne menacez pas de désaveu", martèle-t-il, cette menace étant en général très peu appréciée...

Ce n'est qu'après avoir bien essayé de supprimer tous les liens non désirés, souligne le référenceur de l'agence Axenet, qu'il faut recourir à cet outil de désaveu. La demande de réexamen peut être faite quelques jours après. Et il faut bien montrer à Google tout ce qui a été entrepris. "Désavouer tous les liens ne servirait presque à rien, car en fait Google attend avant tout qu'on lui montre que de nombreux efforts ont été faits", a pu observer le spécialiste. D'où l'importance de bien tout noter, et faire la liste de tous les liens supprimés, et de tous les liens désavoués. Cela pourra servir lors de la demande de réexamen (voir l'exemple de courrier type à envoyer ci-dessous).

demande de rééxapmen
Une demande de rééxamen telle que le recommande le SEO Sylvain Richard. © S.Richard / SMX

Une fois la pénalité levée, le travail continue

Il n'est pas rare que la demande de réexamen ne se solde pas par une levée de pénalité, du moins dans un premier temps. C'est, explique le fondateur d'Axenet, souvent parce que le SEO rechigne à supprimer certains liens – et préfère donc le scalpel à la machette. Dans sa réponse refusant de lever la pénalité, Google donne cependant de nouveau des exemples de liens factices qui ont déclenché la pénalité. Il faut donc alors recommencer le processus...

Une fois la pénalité levée, le travail est loin d'être fini, car en général, les liens supprimés pouvaient contribuer à faire monter le site dans les pages de résultats. Du coup, une fois les liens supprimés, et la pénalité levée, il n'est pas rare que le site ne réussisse pas à retrouver les bonnes positions qu'il avait avant la pénalité...

 

  La présentation de cette conférence est consultable en ligne.

Référencement naturel / SEO black hat