Trois anciens de Google lancent leur moteur : Cuil

Avec Cuil, le leadership mondial de Google pourrait-il être inquiété ? Difficile de l'affirmer mais, pour la première fois, la menace vient de l'intérieur. Décryptage des atouts de ce nouveau moteur.

Cuil (prononcer "cool") : tel est le nom du nouveau moteur de recherche lancé ce lundi et créé par trois anciens de chez Google. D'entrée de jeu, le nouveau venu revendique un index de 121 milliards de pages Web, un bon début quand on sait que le nombre total d'URL actuellement répertoriées (mais pas forcément indexées) par Google dans le monde serait de 1 000 milliards.

Selon les fondateurs de Cuil, l'index de leur moteur serait trois fois plus important que celui de Google. Mais comme ce dernier n'a pas communiqué sur la taille de son index depuis longtemps, difficile de se faire une idée précise. Cela étant, la barre est placée assez haut, indéniablement.

Anna Patterson, Tom Costello, Louis Monier et Russell Power sont à l'origine de ce nouvel outil de recherche qui a pour ambition de proposer des résultats plus performants que ceux de Google et de ses concurrents.

Anna Patterson est une ingénieure chevronnée. En 2004, elle a vendu sa technologie de recherche en ligne (Recall) à Google qui en a profité pour repenser complètement son architecture à partir des innovations qu'elle avait apportées. De là est née en 2006 la base d'indexation de Google : TeraGoogle.

Et c'est en 2006 justement qu'Anna Patterson quitte Google pour se remettre au travail et plancher sur une technologie de recherche qu'elle veut encore plus efficace. Le résultat est là : il s'agit de Cuil. Son mari, Tom Costello, est quant à lui à l'origine du premier projet de moteur de recherche sémantique proposé par IBM. Il n'a jamais travaillé chez Google.

Le troisième cofondateur est Russell Power, il a collaboré avec Anna Patterson dans son équipe chez Google. Quatrième co-fondateur principal : l'ingénieur Français Louis Monier, ancien "chief technology officer" chez Altavista, et qui a travaillé par la suite pour eBay puis Google.

Analyse du contenu des pages et concept des recherches

Cuil, à travers deux levées de fonds, dispose de 33 millions de dollars depuis sa création en 2005. Son algorithme, même si peu d'informations ont filtré jusqu'à présent, repose sur l'analyse du contenu même des pages Web et de leur contexte, ce qui diffère sensiblement de l'analyse des liens que Google réalise.

Le moteur analyse le "concept" de chaque recherche et regroupe les résultats similaires par catégories. Des "sidebars" proposent d'ailleurs d'approfondir une catégorie de résultats liée à une recherche initiale. Dans l'exemple ci-dessous, la recherche sur l'expression "messagerie instantanée" donne accès à cinq catégories dans un premier temps puis, en développant la fenêtre, à dix catégories.

Les résultats de recherche de Cuil sont présentés sous forme "magazine", en deux ou trois colonnes, avec photos illustratives quand cela est possible, ce qui différe de la présentation habituelle des principaux moteurs actuels.

messagerie
Les cinq catégories de résultats proposées par Cuil sur une recherche menée sur l'expression "messagerie instantanée". © Cuil

Cuil, enfin, met en avant le fait qu'aucune information sur ses utilisateurs, ou leurs habitudes de recherche, n'est stockée, ce qui ne pourra que ravir un certain nombre d'associations de défense de la vie privée.

Google / Moteur de recherche