Google accuse Bing de le copier Microsoft conteste les conclusions de l'expérience

La réaction de Microsoft ne s'est évidemment pas fait attendre.Dans un billet publié sur le site officiel dédié à Bing, Harry Shum, le vice-président Microsoft en charge du développement du moteur de recherche, dénonce ce qu'il compare à une histoire digne d'"un roman d'espionnage" et met bien en avant qu'il ne s'agit que de la "long traine des requêtes". Harry Shum prend par ailleurs cette "tactique très élaborée" comme une forme de "compliment sans équivoque" de la part de son concurrent.

 

Il détaille : "Nous utilisons plus de 1 000 signaux différents dans notre algorithme de classement. Une petite partie de ces signaux provient de ce que nos utilisateurs acceptent de  partager avec nous de manière anonyme. Leur navigation nous aide à améliorer l'expérience de tous les utilisateurs."

 

microsoft conteste les conclusions de l'expérience menée par google.
Microsoft conteste les conclusions de l'expérience menée par Google. © capture JDN

Il conteste par ailleurs les résultats de l'expérience de Google "qui ne reflètent pas fidèlement la façon dont sont utilisées les données que les utilisateurs acceptent de fournir à Microsoft". Harry Shum s'applique aussi à mettre en avant l'"approche bien distincte" de Bing, et se défend de "faire une autre version d'un moteur de recherche déjà existant."

 

Pourquoi tous les résultats n'étaient pas identiques

 

Danny Sullivan, qui a le premier parlé de cette expérience, a évidemment averti Microsoft avant de publier l'histoire. Il a obtenu une réaction légèrement différente, de Stefan Weitz, directeur du département dédié au moteur de recherche chez Microsoft : "Nous utilisons de multiples signaux et informations pour classer les résultats d'une requête, mais comme le reste des acteurs de cette industrie, nous n'allons pas expliquer en profondeur et en détails la façon dont nous procédons. Des programmes comme la barre d'outils Bing nous fournissent des signaux que nous, comme d'autres moteurs de recherche, utilisons pour aider à classer les résultats. Cette expérience menée par Google semble être une tentative pour déformer l'usage que nous faisons de ces signaux ".

 

La politique de confidentialité d'Internet Explorer est sans ambiguité.

Dans une autre interview, Stefan Weitz, a ajouté que les données volontairement fournies par les utilisateurs n'étaient que l'un des milliers de signaux utiles par Microsoft pour Bing. Selon Stefan Weitz, le fait que les données des utilisateurs d'Internet Explorer ne soient qu'une information parmi d'autres exploitée pour Bing expliquerait pourquoi seule une poignée de requêtes farfelues, donnait des résultats identiques entre Bing et Google.

 

Par ailleurs, la politique de confidentialité d'Internet Explorer est sans ambigüité. En résumé, Microsoft y indique que son navigateur va en effet capter une partie des données de la navigation de son utilisateur, à moins que ce dernier change certains paramètres. Idem pour la barre d'outils Bing.

Microsoft / Google