Comment Pixmania et Priceminister se sont préparés à Google Panda ? E-commerce et Google Panda : l'avis des experts

justin ziegler est directeur technique et cofondateur de priceminister.
Justin Ziegler est directeur technique et cofondateur de Priceminister. © Priceminister

 Justin Ziegler, directeur technique de Priceminister : "Lorsque Panda a été déployé outre-Atlantique puis dans les pays anglophones, nous avons étudié ses conséquences sur les sites impactés. Or, il est apparu que les sites de e-commerce étaient assez peu pénalisés. Peut-être que nous allons pêcher par excès de confiance, mais nous n'avons pas changé grand-chose à notre approche SEO pour se préparer à Google Panda."

 

 

sébastien billard, consultant seo de relevant traffic.  
Sébastien Billard, consultant SEO de Relevant Traffic.   © Relevant Traffic

Sébastien Billard, consultant SEO de Relevant Traffic : "D'une façon générale, les sites d'e-commerce sont bien moins susceptibles d'être impactés par Panda que les "fermes de contenu" qui sont la cible principale de cet update. Certains e-commerçants pourraient même en bénéficier du fait de la rétrogradation de sites concurrents tels que les agrégateurs et les comparateurs. Un site e-commerce présentant certaines des caractéristiques visées par Panda pourrait éventuellement souffrir, mais il est probable que les sites concernés seront peu nombreux.


olivier andrieu, consultant seo indépendant, créateur du site abondance.com,
Olivier Andrieu, consultant SEO indépendant, créateur du site abondance.com, © JDN

Pour Olivier Andrieu les sites de e-commerce doivent se poser la question fondamentale pour Panda : "Mon contenu est-il unique et d'assez bonne qualité pour justifier d'une présence dans l'index de Google ?". Si les commentaires, avis ou autre interaction sociale, peuvent rendre chaque page unique, sa bonne qualité sera, selon Olivier Andrieu, certainement jugé en partie sur le volume de contenu dans la page : si le descriptif produit ne fait que quelques mots (et, en tout état de cause, moins de 200 mots), on peut penser qu'il sera jugé comme de peu d'intérêt par Google Panda et sera dévalué. Si le volume est assez important (et, encore une fois, j'extrais toute la partie "charte graphique" - header, footer et navigation - de cette analyse) on peut penser que ces deux sites, qui ne mettent pas en ligne des contenus spammant de type "content farms" ou autres, ne devraient trop souffrir de Panda."

 

richard cohen, expert seo au sein de l'agence aposition.
Richard Cohen, expert SEO au sein de l'agence Aposition. © Aposition / Isobar

Outre les critères déjà évoqués précédemment, Richard Cohen, expert SEO au sein de l'agence Aposition estime également que la gestion de la notoriété et le Trustrank doivent également être optimisés pour être prêt pour Panda. "Il faut aussi avoir une cohérence d'action entre sa notoriété, le trafic et les sources de trafic. Etre présent sur les requêtes principales sans avoir de trafic issu de la marque peut être mal interprété par Google et Panda. C'est à la fois valable pour le top et le middle tail". Quant au parcours utilisateur, des leviers peuvent aussi être actionnés pour l'améliorer : "Il est possible de chercher des cohérences pertinentes  entre le contenu, la publicité et l'intention de l'internaute. Attention également aux pubs intrusives et aux pages creuses", prévient Richard Cohen.

Google / Référencement naturel