Panda : Google révèle de nouveaux critères

Le moteur de recherche a dévoilé les signaux utilisés par son nouvel algorithme Panda pour pénaliser les sites de faible qualité. Revue de détail.

Compte tenu de l'ampleur considérable des dégâts de Panda, Google a dû s'expliquer à nouveau. Amit Senghal, responsable de la recherche chez Google, a ainsi publié sur le blog officiel une liste d'une vingtaine de questions à se poser pour savoir si un site peut être impacté par Panda. Evidemment, ce sont autant de signaux utilisés par Google dans son nouvel algorithme.

 

Critères pour "distinguer les sites de qualité supérieure des sites de qualité inférieure"

 

"Ces questions donnent un aperçu de la façon dont nous essayons de concevoir des algorithmes qui permettent de distinguer les sites de qualité supérieure des sites de qualité inférieure", explique Amit Senghal. Certains signaux étaient déjà connus : Matt Cutts et Amit Senghal les avaient déjà révélés dans une interview il y a quelques semaines.

 

 Donneriez-vous vos identifiants bancaires à ce site ?

 Pourriez-vous imaginer ce contenu dans un magazine, une encyclopédie imprimée ou un livre?

Pour une question relative à la santé, auriez-vous confiance dans les informations de ce site ?

 Auriez-vous confiance dans l'information fournie par ce site ?

 

Amit Senghal a également légèrement précisé comment la publicité présente sur les sites peut envoyer un mauvais signal au moteur. Elle ne doit pas être excessive, interférer avec le contenu ou distraire l'internaute.

 

La page et les articles sont-ils accompagné d'une trop grande quantité de publicité, pouvant interférer avec le contenu ?

 

 

Google versus Black Hat SEO

 

Ensuite Amit Senghal rappelle plusieurs points déjà connus pour ne pas être appréciés par le moteur :

 

Les sujets sont-ils choisis en fonction de l'intérêt des lecteurs ou d'un moteur de recherche ?

 

Google explique comment il va pénaliser le Black Hat SEO et les fermes de contenus

Dans son guide du SEO, Google explique en effet qu'il faut bien plus penser aux internautes qu'au moteur. Ce qu'Amit Senghal ne lanque pas de souligner une nouvelle fois dans ce billet : "Nous conseillons aux webmasters de concentrer afin d'assurer la meilleure expérience utilisateur possible et de ne pas trop se concentrer sur la façon dont Google interprète les différents signaux."

 

Ce nouvel algorithme est aussi une manière pour Google de continuer sa croisade contre le Black Hat SEO. Le moteur veut accorder une "prime à la primeur", et dans le même temps pénaliser le duplicate content ou l'automatisation de production de contenu optimisée pour le référencement.

 

Le site fournit-il des informations ou du contenu original, des reportages inédits, des recherches ou des analyses originales ?

La page apporte-t-elle une valeur ajoutée par rapport aux autres pages déjà référencées ?

Le site propose-t-il du contenu dupliqué, des articles redondants, ou des contenus très similaires ou avec de légères variations des mots clés ?

 

Google contre les fermes de contenu

 

Sans les nommer, les questions suivantes de Google visent les fermes de contenus :

L'article a-t-il été rédigé et édité avec soin, ou semble- t-il avoir été bâclé ?

 

Le contenu contient-t-il des fautes, des erreurs de syntaxe ou des erreurs factuelles ?

 

Quels contrôles de qualité sont effectués sur les contenus ?

 

 Est-ce que les articles fournissent une description complète ou exhaustive du sujet ?

 

Est-ce que les articles contiennent une analyse poussée ou de l'information intéressante qui va au-delà des évidences ?

 

 Les articles sont-ils courts, sans substance, ou manquent de précisions utiles ?

 

 Le contenu est-il produit avec beaucoup de soin apporté aux détails ?

 

Les internautes pourraient-ils se plaindre du contenu des pages ?  

 

 Le contenu est-il produit en masse ou sous traité à un nombre important de rédacteurs, ou diffusé à une galaxie de sites ?

 

Le contenu est-il écrit par un expert ou un passionné qui maîtrise son sujet ?

 

La simple évocation du nom du site est-il une gage de sa crédibilité ?

 

Le site est-il une autorité reconnue sur son thème ?

 


Google aime les médias sociaux

 

Une question prouve bien que Google accorde de l'importance à l'avis des internautes et aux cotenus valorisés par les utilsateurs des réseaux sociaux :

 

Est-ce le genre de contenu que vous souhaitez mettre en signet, partager avec un ami ou recommander ?

 

Enfin, une question laisse songeur, car il est difficile d'imaginer des robots pouvant y répondre (tout comme la question sur les erreurs factuelles), ou que Google souhaite sanctionner des contenu partisans :

 

 Les articles prennent-ils en considération tous les points de vue d'une histoire ?

 

Que faire ?

Amit Senghal rappelle que du contenu de faible qualité sur certaines parties d'un site web peut avoir un impact sur le classement de l'ensemble du site.

A ceux qui se sentent visés, Amit Senghal conseille de supprimer les pages de mauvaise qualité ou de les améliorer, éventuellement en les fusionnant avec des pages ayant un meilleur contenu. Il évoque également la possibilité de déplacer les pages de faible qualité vers un autre domaine.

Google / Moteur de recherche