SMX 2012 : le SoLoMo s'invite dans le référencement SEO pour mobile : les avantages d'un sous-domaine de type m.monsite.fr

En un an, la part du trafic issu des smartphones a presque doublé, que ce soit en France ou dans le monde, selon les chiffres de StatCounter. "Ce chiffre peut impressionner, mais il faut relativiser : en France, selon cette même source, ce flux ne représente aujourd'hui que 4,31% du trafic. Il ne faut donc pas s'attendre à voir une déferlante de visiteurs mobiles issus des moteurs après avoir optimisé le référencement de son site pour les mobiles", recadre David Degrelle, fondateur et président de l'agence 1ère Position, qui juge cependant important d'anticiper une croissance prévisible.

 

en france, la part du trafic issue des smartphones (en vert) est encore minime
En France, la part du trafic issue des smartphones (en vert) est encore minime par rapport au trafic Desktop classique. Elle est néanmoins passée de 2.41% en mai 2011 à 4,31% un an après. © StatCounter.

"Et si aujourd'hui, les résultats de Google, pour plus de 98% d'entre eux selon une étude, sont les mêmes sur mobile et en version classique, cela devrait très vite changer", estime le président de 1ère Position qui rappelle qu'en décembre dernier Google a mis en place de nouveaux robots spécialement conçus pour crawler les versions mobiles des sites Web.

Le SEO mobile est un enjeu d'une actualité que Google ne peut donc ignorer. Le moteur vient d'ailleurs de publier de nouvelles recommandations officielles pour optimiser les sites mobiles. Au cœur de cette question, qui touche autant l'ergonomie que le SEO pour mobile : le choix de la configuration technique.

"Les bonnes pratiques SEO pour site classique s'appliquent aussi pour le SEO pour mobile"

Faut-il opter, comme le recommande aujourd'hui clairement Google, pour le responsive design (qui permet à la même URL de s'adapter au terminal via CSS en servant le même contenu HTML) ? Pour un nouveau site à part et dédié au mobile ? Ou pour un sous-domaine de type m.monsite.fr ? Cette dernière voie a les faveurs de David Degrelle.

 

Un sous-domaine repensé pour les attentes des internautes mobiles

"Google va considérer le sous-domaine comme un répertoire du site, il va donc pouvoir bénéficier de l'historique du domaine et du travail de SEO dont il a pu faire l'objet précédemment. Ce qui n'est pas le cas du nouveau site, où il faudrait recommencer le travail SEO depuis le début. Enfin, ce sous-domaine peut être totalement repensé et donc s'éloigner d'un site traditionnel pour mieux répondre aux attentes des internautes en situation de mobilité", argumente le président de 1ère Position.

Parmi ses besoins liés aux internautes en mobilité, les plans et les coordonnées téléphoniques sont donc les bienvenus sur ce sous domaine, "tout comme des coupons, qui pourront motiver l'achat dans un commerce situé à proximité ". Il faut néanmoins veiller à éviter le risque que Google prenne le contenu du sous-domaine pour mobile pour du contenu dupliqué interne, trop similaire à celui du site classique", avertit David Degrelle.

Mobilité / Facebook